Économie thumbnail_cadre reflechis

Salaires : l’écart Paris/Province persiste pour les jeunes diplômés

, par Marie Roques

Dans sa dernière enquête annuelle sur les salaires des jeunes diplômés, Willis Towers Watson met à jour des niveaux de rémunération inégaux selon les établissements de formation, mais aussi selon le lieu d’implantation des entreprises.

Selon la dernière étude menée par Willis Towers Watson, le salaire annuel brut médian d’un jeune diplômé en 2020 était de 38 500 euros. Autre enseignement important, les formations universitaires sont en passe d’être valorisées au même niveau que certaines écoles d’ingénieurs ou de commerces.

Pour autant, dans les établissements prestigieux, dits de premier rang, un jeune diplômé percevra 42 500 euros annuels, soit 10 % de plus que les formations universitaires.

L’enquête met aussi en avant un écart de rémunération de 7 % entre les jeunes diplômés à Paris et ceux exerçant en province. Une baisse de revenus largement compensée par un gain en pouvoir d’achat et en confort de vie que ces jeunes diplômés retrouvent en région, selon Willis Towers Watson.

 

LIRE AUSSIComment les jeunes diplômés RH trouvent leur premier emploi à l’ère du Covid

 

IT, data, marketing digital

« La rémunération représente un fort levier d’attractivité puis de rétention pour les nouveaux entrants sur le marché de l’emploi. A l’heure de la guerre des talents que se livrent les entreprises dans nombre de secteurs, il est de plus en plus important que les entreprises aient une pleine vision des niveaux de rémunération pratiqués par leurs pairs dans leur secteur et dans leur bassin d’emploi pour rester attractifs et compétitifs dans le recrutement des talents et de leurs leaders de demain”, analyse Radia Rafil, rewards consultant au sein de Gras Savoye Willis Towers Watson.

Enfin, selon les DRH interrogés, les recrutements de jeunes diplômés en 2020 représentaient en moyenne 23 % des embauches. Par ailleurs, on note que les métiers de l’IT et de la data, de l’ingénierie et du marketing digital ont été très sollicités pendant cette crise.

C’est notamment le cas pour les fonctions de data scientist et business intelligence et celles liées à l’accompagnement de la transformation digitale des entreprises pour lesquelles le salaire des jeunes diplômés est supérieur de 13 % au salaire annuel médias à l’embauche toutes fonctions confondues.

 

 

Marie Roques

Marie Roques
Rédactrice en Chef


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires