Management ManagerCourrierCadres

À quoi sert un manager ?

, par Julie Falcoz

Une étude* du cabinet Hays fait le point sur le rôle du manager et ses principales sources de motivation. Coach, il motive ses équipes, mais pas que.

Selon vous, à quoi sert un manager ? Pour 66 % des managers et 73 % des managés interrogés, c’est avant tout un coach qui sert à motiver son équipe pour atteindre des résultats. Jusque là tout va bien. En revanche, leur vision peut différer, quand les premiers se voient comme des “experts d’un domaine”, les managés (16 %) les voient comme des “leaders charismatiques” (contre 9 % des managers). Autre différence de perception, les équipes ne remarquent pas forcément le travail de “contrôle de l’activité” opéré par les + 1, eux-mêmes (60 %) estimant que c’est leur 2e mission principale alors que les collaborateurs membres des équipes (76 %) considèrent plutôt le pilotage de la stratégie de l’entreprise comme leur seconde mission. En troisième position, là encore, managers et managés ne sont pas d’accord. Pour les responsables, c’est “définir une stratégie et la piloter” tandis que pour les managés, c’est “transmettre les directives de l’entreprise”.

Devenir manager

70 % des répondants aspirent à évoluer vers la fonction de manager. Les chiffres deviennent intéressants quand on se penche sur leurs âges. Concernant la génération des baby-boomers, proches de la retraite, ils ne sont que 33 % à vouloir le devenir. Parmi la génération X, ils sont 63 %, à considérer cette promotion comme une récompense du travail réalisé. Concernant la jeune génération (Y et Z), le chiffre grimpe à 74 %. La plupart faisant preuve d’impatience et voulant même des responsabilités tôt dans leur carrière. Dans un environnement moderne, digitalisé et multitâches, ils estiment que cela est fondamental. Pour les managers, à la question “pourquoi avez-vous accepté ce poste ?”, un peu plus de la moitié (53 %) a répondu pour la “valorisation de l’expertise et des compétences” comme première motivation, ensuite la “transmission des connaissances” (21 %) et ex-aequo entre la “reconnaissance professionnelle et personnelle” et une “meilleure rémunération” (13 %). Ces chiffres sont sensiblement les mêmes pour les répondants les plus âgés (baby-boomers et génération X) tandis que les générations Y et Z font exception en considérant la rémunération comme une 2e motivation (23 %).

Hier et demain

La plupart des répondants (91 %) considèrent que la fonction de manager a évolué au fil du temps, notamment grâce aux soft skills (40 %), changements technologiques, économiques et organisationnels (32 %) et l’importance du bien-être au travail (20 %). À noter que pour plus de 6 répondants sur 10 (65 %), le rôle de manager est plus difficile à endosser aujourd’hui que par le passé. Dans le futur, le principal enjeu des managers de demain sera de prendre en compte les attentes des générations à venir au sein de l’entreprise, selon 38 % des personnes interrogées. Pour 27 % d’entre elles, il aura aussi comme mission d’intégrer les nouvelles lois et formes de travail et de s’adapter à des entreprises de moins en moins hiérarchisées (19 %) et d’acquérir de nouvelles compétences liées au numérique à l’intelligence artificielle (16 %).

* panel de près de 1400 candidats et clients issus de la base de données de Hays (dont 64 % de managers), étude disponible sur hays.com.

Julie Falcoz
Journaliste


Sur le même thème