Carrière sens-travail-RSE

Les cadres en recherche de sens après la pandémie

, par Marie Roques

39 % des cadres et dirigeants sont à la recherche d’un nouvel emploi après la pandémie, selon une étude menée par Qualtrics.

Les chiffres sont sans appel. 35 % des cadres et dirigeants interrogés par Qualtrics, spécialiste de l’expérience collaborateur, déclarent qu’ils chercheront un nouvel emploi au cours des 12 prochains mois. Leur objectif est notamment d’y trouver plus d’opportunités de développement, un meilleur salaire ou encore un poste moins stressant. On apprend aussi que l’amélioration de l’équilibre vie professionnelle – vie personnelle est le premier critère recherché dans les nouvelles opportunités de poste pour les femmes et le deuxième pour les hommes.

 

Disparités homme-femme

Qualtrics nous apprend également que les femmes recherchent en premier lieu un meilleur équilibre vie pro – vie perso, vient ensuite un meilleur salaire et un poste offrant des évolutions de carrière, tandis que les hommes priorisent les possibilités d’évolution de carrière, l’équilibre vie pro- vie perso et enfin un meilleur salaire. Sans surprise, l’évolution est le principal déclencheur de recherche d’emploi, le stress du poste est le deuxième déclencheur pour les femmes alors que les hommes évoquent la recherche d’un meilleur salaire en deuxième position.

Parallèlement, les opportunités d’évolution et l’équilibre vie professionnelle – vie personnelle sont les deux principales raisons évoquées par les salariés qui souhaitent rester dans leur entreprise.

 

A lire aussi : Sens au travail : comment trouver votre ikigaï

 

À la recherche de sens

Quel que soit leur âge, toutes les personnes interrogées recherchent les mêmes choses dans un nouvel emploi. Pour ceux qui sont à la recherche d’un nouveau poste, un « travail utile / qui a du sens » est considéré comme le facteur le plus important, tant pour les 18-24 ans (64 %) que pour veux âgés de 50 ans et plus (59 %). Le facteur le moins important est la marque de l’entreprise, tant pour le groupe d’âge des 18-24 ans que ceux âgés de 50 ans et plus (10 %).

« Ces résultats confirment ce que nous avons déjà vu aux États-Unis par exemple après un an et demi de Covid, des millions de salariés recherchent à renouveler leur expérience professionnelle en optant pour un changement d’employeur, analyse Douglas Rosane, directeur des solutions experience collaborateurs. Si les entreprises veulent éviter l’impact d’un ‘great resignation’ à la française, il va falloir passer à un mode plus proactif pour retenir ses collaborateurs, puis attirer différemment les talents en fonction de leurs attentes nouvelles. Ceci passe inéluctablement par une écoute plus assidue et ciblée des populations clés de salariés. »

 
 

Marie Roques

Marie Roques
Rédactrice en Chef


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires