Management teletravail-enfants

Les salariés parents plébiscitent le full remote ou les horaires flexibles

, par Fabien Soyez

Si les salariés parents pointent du doigt des difficultés pour débrancher et rester concentrés, ils sont nombreux à vouloir continuer de travailler à distance, selon une étude menée aux USA. 61 % souhaiteraient même le faire à 100 %. Seule contrepartie susceptible de les faire retourner au bureau : des horaires flexibles.

Début mai 2021, nous relayions l’étude de Robert Half mené au Canada, selon laquelle un télétravailleur sur trois pourrait démissionner s’il devait retourner au bureau à plein temps. Cet attachement au télétravail semble encore plus important chez les salariés parents. En effet, une autre étude, réalisée aux États-Unis en avril dernier par le site d’emplois flexibles et à distance FlexJobs, nous apprend que 62 % des parents qui travaillent actuellement à distance seraient prêts à quitter leur emploi actuel s’ils ne pouvaient pas continuer de le faire après la crise.

 

LIRE AUSSIRetour au bureau : Comment convaincre les salariés de revenir ?

 

Plus d’avantages que d’inconvénients ?

Pourtant, ces mêmes salariés parents sont nombreux à se dire “fatigués” par la pandémie, et à se plaindre de conditions de travail difficiles en raison du télétravail. Ainsi, dans la même proportion, 60 % ont été victimes d’épuisement professionnel au cours de l’année écoulée.

Face à la crise et à leurs responsabilités liées à la garde des enfants, 21 % ont réduit leurs horaires, et 18 % ont quitté leur emploi. Ils sont aussi 40 % à déclarer avoir des difficultés, avec le télétravail, à “débrancher” le soir, et à “travailler trop” ; 36 % à ne pas réussir à “gérer les distractions non-professionnelles”, et 16 % à considérer que les relations et les interactions avec leurs collègues et leurs managers sont beaucoup plus complexes à distance.

Mais pour les salariés parents, les avantages du télétravail semblent peser plus lourd que ces inconvénients dans la balance. Ainsi, selon l’étude de FlexJobs :

-> 70 % apprécient le fait de pouvoir passer “plus de temps” avec leur conjoint et leurs enfants ;

-> 62 % bénéficient d’un meilleur équilibre vie pro/perso, car ils “contrôlent mieux leur temps” ;

-> 52 % affirment avoir “plus de temps pour prendre soin d’eux” ;

-> 51 % considèrent qu’avec le télétravail, ils sont “plus productifs” ;

-> 45 % apprécient d’éviter, grâce à la distance, “les tensions du bureau”.

 

LIRE AUSSIParentalité : les bonnes pratiques pour aider les salariés en difficulté

 

Ces parents qui veulent continuer le full remote

En outre, “les parents restent préoccupés par le retour à un lieu de travail physique”. Bien que les expositions ou les infections au Covid-19 restent une “préoccupation majeure” (53 %), “l’’impact du travail présentiel sur leur vie personnelle est également une préoccupation majeure”, note FlexJobs. Ainsi, 49 % craignent d’avoir plus de difficultés pour garder leurs enfants, 48 % craignent d’avoir moins de flexibilité, et 46 % s’inquiètent d’avoir moins d’équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Finalement, ils sont un nombre relativement important, 61 %, à déclarer vouloir travailler à distance “à plein temps” après la crise. Tandis que seuls 37 % préfèreraient un mode de travail “hybride”.

Afin de continuer à travailler à distance à 100 %, les parents sont même 20 % à se dire prêts à renoncer à une partie de leurs vacances, ou à accepter une baisse de leur salaire de 10 %. Ils seraient aussi 17 % à préférer effectuer “plus d’heures”.

 

LIRE AUSSIPourquoi des horaires de travail flexibles peuvent rendre les salariés plus performants

 

La flexibilité des horaires contre le retour au bureau

Comment, dès lors, les entreprises pourraient-elles inciter ces collaborateurs à retourner au bureau ? Selon l’étude, 26 % seraient enclins à accepter de travailler en mode hybride, contre la possibilité d’avoir des horaires flexibles. Car cette flexibilité serait “l’arrangement” qui aurait le “plus grand impact sur leur capacité à gérer leurs responsabilités professionnelles et la garde d’enfants”.

En outre, 82 % des salariés parents déclarent que l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée est “le facteur le plus important qu’ils prennent en compte lorsqu’ils évaluent un nouvel emploi, contrairement à la population générale, qui place le salaire (80 %) au premier rang.”

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires