Management thumbnail_moral_courriercadres

Salariés : le moral n’est pas au beau fixe

, par Marie Roques

Selon une étude européenne menée par ADP, baptisée « Révélez vos talents », le moral des salariés serait en berne en cette fin d’année. Entre manque de reconnaissance et de considération, ils sont nombreux à envisager une démission et ce, plusieurs fois par an.

 

Plus de la moitié des salariés français expliquent se sentir incompris, ou pensent que leur potentiel n’est pas vraiment perçu par leur employeur. C’est du moins, ce que nous apprend ADP dans son étude « Révélez vos talents ». Ainsi, 24 % des personnes interrogées se considèrent juste comme un numéro dans l’entreprise.

« Cette étude souligne un problème inquiétant, estime Carlos Fontelas de Carvalho, président d’ADP en France. Les dirigeants européens ne comprennent pas toujours les attentes de leurs salariés. Si ces derniers ne se sentent pas valorisés ni compris, ils sont moins susceptibles de s’impliquer, et de se montrer performants. » Dans cette perspective, l’étude indique que l’argent n’est pas le facteur de motivation principal pour près de la moitié des personnes interrogées qui considèrent que ce n’est pas cet élément que les pousse à se lever le matin.

 

Déficit du management

Au niveau européen, l’enquête montre que, globalement, les salariés ne sont pas satisfaits de la qualité du management. C’est le cas pour 33 % d’entre eux et pour 52 % des collaborateurs français. Paradoxalement, ces derniers sont plus enclins à penser que leurs supérieurs hiérarchiques directs sont les personnes qui les comprennent le mieux. 55 % expliquent que leurs responsables les soutiennent et veulent les voir réussir.

Pourtant, face à ce mécontentement, 27 % des salariés français pensent plusieurs fois dans l’année à démissionner (au moins tous les quelques mois) et 12 % l’envisagent au moins une fois par semaine. « Bien que cela demande du temps et de l’investissement, il est toujours important de consacrer de l’attention et des efforts à une meilleure compréhension des salariés, ajoute Carlos Fontelas de Carvalho. Cela permet aux entreprises d’utiliser de la meilleure manière possible leurs talents, mais aussi de s’assurer que les salariés se sentent motivés à donner le meilleur d’eux-mêmes. Les employeurs qui s’y refusent encourent non seulement le risque de se retrouver face à des collaborateurs désengagés, mais aussi potentiellement de faire face à un turn-over élevé. »

gplus-profile-picture

Marie Roques
Journaliste pour Courrier cadres


Sur le même thème