Management usine

Coronavirus : chômage partiel, mode d’emploi

, par Fabien Soyez

Alors qu’Emmanuel Macron a annoncé un “mécanisme exceptionnel et massif” de chômage partiel, faisons le point sur ce dispositif, qui permet aux salariés d’être indemnisés par leur employeur en cas de diminution de l’activité.

MAJ du 18/03/2020, après le confinement total des Français et la généralisation du chômage partiel.

 

Suite à la fermeture des commerces “non essentiels” le 14 mars, puis au confinement total de la population le 17 face à l’épidémie de coronavirus (Covid-19), quelque 920 000 entreprises, et 2 millions de salariés, sont concernés par le chômage partiel.

 

Activité partielle généralisée

Concrètement, une entreprise peut être contrainte de ralentir son activité, en fermant temporairement les locaux ou en diminuant la durée hebdomadaire du travail. Elle peut normalement faire une demande d’activité partielle au ministère du Travail dans certains cas de figure, comme l’absence (massive) de salariés indispensables à l’activité de l’entreprise, une suspension des transports en commun ou une limitation des déplacements décidés par les pouvoirs publics, ainsi qu’une baisse d’activité. Sur le modèle de l’Allemagne, qui avait généralisé l’activité partielle au moment de la crise de 2009 pour “sauver son économie”, ce dispositif sera généralisé. Dans cette optique, la demande de l’employeur pourra être effectuée sans justification.

Dans le cadre de ce système, les salariés voient leur contrat de travail suspendu, et bénéficient d’une allocation spécifique à la charge de l’Etat ; autrement dit, d’un “chômage partiel” compensé.

 

LIRE AUSSI : Coronavirus : les mesures que l’entreprise doit mettre en place

 

Une indemnité pour le salarié placé en activité partielle

Jusqu’ici, l’employeur versait une partie du salaire à son collaborateur, et l’État lui remboursait une partie, sur la base du Smic. Dans le cadre du chômage partiel généralisé, ce dernier rembourse désormais toutes les sommes versées, dans leur intégralité. “C’est donc l’État qui indemnisera les salariés à 100 % via ce dispositif”, explique Muriel Pénicaud. Mais attention, il faut bien comprendre que c’est le chômage partiel qui sera pris en charge par l’État (via le remboursement intégral de l’employeur), et non 100% de la rémunération, qui restera à 84 % du salaire net.

Outre les salariés, les apprentis bénéficieront aussi de l’activité partielle généralisée. Ils bénéficieront donc d’une indemnisation si leur entreprise y recourt. Ceux qui travaillent en contrat court ou saisonnier bénéficieront aussi du chômage partiel.

Au total, la prise en charge par l’État et la Sécurité sociale de l’activité partielle généralisée et des arrêts de travail devraient coûter “des dizaines de milliards” d’euros. Bruno Lemaire, ministre de l’Économie, a de son côté, annoncé la mise en place d’un “étalement des charges fiscales et sociales pour les entreprises qui en auront besoin”.

 

LIRE AUSSI : Télétravail : ce que le coronavirus signifie pour les managers et les RH

 

Des engagements envers les salariés

Pour en bénéficier, l’entreprise doit engager des démarches auprès de la Direccte de son département. Dans les entreprises de plus de 50 salariés, l’employeur doit normalement consulter au préalable les représentants du personnel (comité d’entreprise ou délégués du CSE). Et celles n’ayant pas de représentants CSE doivent informer directement leurs salariés du projet de mise en activité partielle de leur établissement. Une fois l’autorisation administrative obtenue (instantanée, à partir de lundi 16 mars), l’entreprise peut réduire ou suspendre son activité, puis mettre ses collaborateurs en chômage technique. Pendant le recours à l’activité partielle, l’employeur s’engage aussi en temps normal à  maintenir ses salariés dans l’emploi et à leur proposer des formations.

“Mais la consultation des représentants du personnel n’est pas obligatoire dans ces circonstances exceptionnelles caractérisées. Bien qu’en pratique, mieux vaut tout de même les informer. Quant à la formation, l’employeur peut choisir pendant l’activité partielle de former ses salariés, mais l’idée ici étant de confiner les salariés chez eux et d’éviter les transports,  il n’est pas sûr que cette mesure soit appropriée”, précise Timothé Lefebvre, avocat au barreau de Paris.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Vos réactions (4)

  1. Coronavirus et chômage partiel : les travailleurs perdront 16 % de leur salaire – Rebondir, le

    […] Suite à la fermeture des commerces “non essentiels” le 14 mars, puis au confinement total de la population le 17 face à l’épidémie de coronavirus (Covid-19), quelque 920 000 entreprises, pour 2 millions de salariés, sont concernées par le chômage partiel. […]

  2. Coronavirus : quelles sont les nouvelles mesures pour les entreprises ? – L'Officiel de la Franchise, le

    […] parole lundi 16 mars, de nouvelles mesures. Ainsi, le président de la République a expliqué que le dispositif de chômage partiel serait massivement élargi. “Dès demain (mardi 17 mars, ndlr.), les factures électricité, de […]

  3. L’emploi en 2020 : “il faut s’attendre à un choc sévère causé par le coronavirus” – Rebondir, le

    […] Nous partions sur l’hypothèse que les entreprises n’auraient plus de difficultés à recruter, en raison des batteries de réformes passées. Mais globalement, avec le coronavirus, nous devrions probablement assister à des destructions d’emplois, donc à une hausse du chômage ; à moins que cela ne soit jugulé et compensé par des mesures publiques, comme l’utilisation massive et à bon escient du chômage partiel. […]

  4. Comment je gère ? L’impact d’une épidémie sur mon activité – L'Officiel de la Franchise, le

    […] et que votre chiffre d’affaires est vraiment impacté, il peut être judicieux de recourir à l’activité partielle permettant de réduire la charge salariale. “Diminuer les équipes humaines de façon temporaire peut être une bonne solution afin de faire […]

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires