Entreprise teletravail-bureau-maison

Télétravail : les salariés craignent que la distance affecte leur carrière

, par Fabien Soyez

Le télétravail, un frein à la carrière ? D’après une étude réalisée pour LinkedIn, 33 % des salariés pensent que le télétravail aura un impact négatif sur l’évolution de leur carrière. 52 % pensent aussi que les personnes qui choisissent de travailler depuis leur bureau ont plus de chances d’être favorisées par leur patron.

Le télétravail, en plein développement depuis la crise du Covid-19, risque-t-il de créer un “biais de proximité” ? Selon une étude de LinkedIn publiée le 3 novembre dernier, 4 salariés sur 10 pensent que le télétravail aura un impact sur l’évolution de leur carrière, et parmi eux, 85 % estiment que cet impact sera négatif. Mais surtout, ils sont aussi 52 % à considérer que ceux qui sont régulièrement vus sur leur lieu de travail ont “plus de chances d’être favorisés” (même inconsciemment) par leurs responsables hiérarchiques.

Même si la moitié des salariés (50 %) déclarent qu’ils préféreraient un mode de travail hybride combinant bureau et domicile s’ils avaient le choix, ils craignent ainsi que moins venir au bureau pourrait leur porter préjudice. Contrairement à d’autres ; qui bien qu’ayant les mêmes compétences, viendraient davantage sur place.

 

LIRE AUSSI : Télétravail : 65 % des salariés ont peur de l’isolement

Des “protocoles” contre les “biais de proximité”

Cette crainte que le télétravail puisse avoir un impact sur la progression de carrière est partagée par les dirigeants eux-mêmes. Ainsi, selon une seconde enquête de LinkedIn, 32 % d’entre eux redoutent l’apparition d’un tel “biais de proximité”. Pour éviter que les salariés qui viennent le plus souvent au bureau ne soient favorisés par rapport à ceux qui télétravaillent, ces chefs d’entreprises affirment qu’ils mettront en place des “protocoles”. Ils tablent principalement sur la sensibilisation des managers ; afin de les encourager à faire preuve d’empathie et de confiance (33 %), et de les inciter à éviter d’avoir des biais fondés sur le lieu de travail (32 %).

“Les salariés ne devraient pas avoir l’impression de devoir choisir entre le travail flexible et une promotion. Il est important que les entreprises créent un environnement de travail qui réponde aux besoins individuels, et qui soit juste et inclusif pour tous”, estime Esther Ohayon, directrice de la communication chez LinkedIn France, dans un communiqué.

 

(1) Études réalisées en août dernier, en ligne, pour LinkedIn France, par Censuswide auprès de 1 028 salariés, et par  YouGov auprès de 266 cadres dirigeants dans des organisations de plus de 1 000 employés.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires