Entreprise salaire-cadre

Salaires : les fonctions cadres qui seront les plus augmentées en 2021

, par Fabien Soyez

La crise sanitaire a chamboulé l’emploi cadre. Mais les recrutements ont repris. Et même si le cabinet Robert Walters évoque “une année blanche” et insiste sur une individualisation des salaires, nombre de fonctions cadres devraient être augmentées en 2021.

Quel impact aura la crise sanitaire sur les salaires des cadres en 2021 ? Après une baisse des recrutements, ceux-ci ont repris. Même s’ils restent en baisse de 17 % par rapport à l’année dernière. “Nos personnels d’encadrement ont été préservés par le télétravail, les aides de l’État, et par une pénurie structurelle de compétences tenace”, observe Coralie Rachet, directrice générale de Robert Walters France.

Le cabinet de recrutement vient de publier son étude de rémunération 2021. Il permet de dresser la liste des secteurs qui recruteront, et des fonctions qui devraient, malgré tout, être augmentées.

“En matière de rémunérations, on peut s’attendre à de l’austérité, et la tendance sera à l’individualisation des augmentations. Si les cadres restent raisonnables et sont seulement 74 % à ne pas s’attendre à une augmentation, les négociations devraient être sous tension”, indique Coralie Rachet. Ainsi, sur les 26 % qui espèrent voir leur salaire augmenter, 35 % attendent une augmentation drastique de 7 %. Et 38 % “un bonus”.

 

Tertiaire : des fonctions cadres “immunisées”

D’autres études font aussi un constat morose pour cette nouvelle année. Selon le dernier Observatoire des rémunérations du cabinet de conseil en ressources humaines LHH, l’année 2021 ne devrait pas “être synonyme de gel des salaires”. Mais la hausse des budgets dédiés aux augmentations salariales ne devrait être que de + 1,6 %, contre + 2 % ces trois dernières années.

Coralie Rachet insiste : malgré la crise, de nombreuses fonctions seront “immunisées” contre la baisse des salaires. À commencer par celles du secteur tertiaire. Envisagé comme “porteur”, ce domaine d’activité continuera ainsi de l’être. Principalement parce que de nombreuses fonctions restent en tension. Notamment le juridique, les RH, la finance, l’IT & Digital.

Parmi les fonctions comptables et financières, les plus recrutées seront celles de directeurs administratifs et financiers (DAF), de directeurs du contrôle de gestion et de directeurs comptables. Celles qui verront le plus leurs salaires augmenter devraient être les DAF (+ 22 %) et les directeurs trésorerie (+ 11 %). “Des métiers experts, qui ont toujours connu une pénurie latente”.

 

LIRE AUSSI : Cadres : les métiers qui recrutent en 2021, malgré la crise

 

Les fonctions cadres du juridique seront aussi les plus demandées des recruteurs, et les plus augmentées. “Elles sont traditionnelles, mais restent d’avenir. De par les enjeux sécuritaires et sanitaires que continuent de se poser les poursuites d’activité et les négociations internes”, constate Coralie Rachet. Le métier le plus recherché sera celui de directeur juridique. Mais la fonction la plus augmentée en matière salariale devrait être celle de “compliance officer”, ou directeur conformité. “Un métier confronté aux nouvelles modalités de travail (télétravail, RSE, confinements) et à la multiplication des règlements et sanctions”.

Selon le cabinet, les DRH, “au cœur de la crise”, devraient continuer d’être très sollicités, et augmentés. Mais celui qui verra ses salaires le plus augmenter en 2021 sera le DRS, ou Directeur des relations sociales : “souvent d’anciens avocats, qui vont beaucoup travailler en matière de droit social, de PSE et de négociations syndicales”, explique Coralie Rachet.

Dans l’IT & Digital, les responsables cybersécurité seront très recherchés. Ou augmentés. Ainsi que les data scientist et les experts en ERP (progiciels de gestion). La fonction dont les salaires seront le plus en hausse sera celle de responsable de programme (digital). Ce “chef de projet de la transformation des entreprises bénéficiera d’une augmentation de 10 %”, indique Coralie Rachet.

 

Industrie : les ingénieurs en position de force

Dans l’industrie, “aucune hausse n’est à l’ordre du jour pour l’enveloppe des augmentations générales” destinées aux cadres, mais une majoration de 1,4 % pour les augmentations individuelles est prévue, selon LHH. Si l’industrie devrait perdre entre 187 000 et 430 000 emplois directs ces deux prochaines années, elle devrait continuer de recruter des ingénieurs, pour leurs projets de long terme. Les directeurs de performance / “lean manufacturing” (amélioration continue) seront dans ce contexte les plus augmentés (+ 11 %). En raison d’un besoin renforcé (par la crise) d’expertise technique, les managers HSE (hygiène sécurité environnement) verront leurs salaires croître, de 10 %.

La logistique recrutera aussi massivement des cadres. Conséquence, notamment, du boom de l’e-commerce et de la grande distribution face au Covid. Seront recherchés principalement des responsables d’achats indirects et des responsables d’exploitation logistique. Les directeurs des opérations et les directeurs supply chain seront les plus augmentés en 2021.

 

Une “guerre des talents” se prépare

Les cadres restent optimistes. Selon Robert Walters, 63 % sont “confiants quant au marché de l’emploi dans leur domaine d’activité” (contre 80 % en 2020). À noter que s’ils sont moins nombreux, nombre d’entre eux pensent même changer d’emploi dans l’année (61 %, contre 74 % en 2020).

Les cadres ont besoin de nouveaux challenges. Beaucoup ont aussi été déçus pendant la crise, qui leur aura révélé les limites de leur entreprise ou de certains modèles managériaux. Une nouvelle guerre des talents se prépare, malgré l’incertitude”, conclut Coralie Rachet.

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires