Entreprise pause-déjeuner-CC-2018

Pause repas : 27 % des salariés européens déjeunent derrière leurs bureaux

, par Camille Boulate

Edenred, entreprise spécialisée dans les titres-restaurants publie, ce mercredi, les résultats la 7e édition de son baromètre Food, dédié à l’analyse des besoins des salariés. Résultat : la part d’employés européens à s’accorder une pause déjeuner augmente et ils sont de plus en plus nombreux à rechercher des menus sains.

Les résultats de la 7e édition du baromètre Food*, créé par le spécialiste des titres-restaurants Edenred, viennent d’être dévoilés. L’étude, effectuée auprès de huit pays européens (Autriche, Belgique, Espagne, France, Italie, Portugal, République Tchèque et Slovaquie) montre que les salariés européens ont à cœur de prendre une pause pour déjeuner. Ainsi, ils sont 75 % (+ 5 points depuis 2014) à s’accorder un moment plus ou moins long pour prendre leur repas. Ils sont toutefois 4 % à déclarer ne jamais déjeuner.

 

Le restaurant encore sacré pour les Français

Et si une petite majorité (51 %) des répondants déjeunent dans les salles communes mises à disposition par leur entreprise, ils sont encore 27 % à déguster leurs plats derrière leurs bureaux. Seuls 17 % affirment sortir régulièrement de leur entreprise pour déjeuner au restaurant. Dans le détail, 94 % des salariés belges déclarent manger régulièrement sur leur lieu de travail tandis qu’en France, la pause déjeuner à l’extérieur demeure sacrée pour 27 % des répondants, qui expliquent s’accorder de manière régulière une pause au restaurant le midi. Une proportion moins élevée qu’en Italie et qu’en Slovaquie où ils sont respectivement 39 % et 34 % à préférer manger en dehors de leurs entreprises.

 

Une tendance healthy qui s’affirme

L’une des grandes évolutions constatées par le baromètre reste la volonté des salariés européens à vouloir une alimentation saine et équilibrée “même lors des heures de travail”, insiste l’étude. Ainsi, 49 % des salariés apportent leur repas fait à la maison tandis qu’ils ne sont plus que 2 % à privilégier des plats préparés (contre 9 % en 2014). 13 % affirment cependant manger régulièrement des sandwiches. Dans le choix des restaurants également la volonté d’avoir des menus sains est devenue essentielle. En 2013, à peine un tiers (28 %) des Européens choisissaient un restaurant en fonction de ce critère. Ils sont désormais 43 % à y prêter une grande attention. D’autres aspects sont également importants pour les salariés européens dans leur choix comme la proximité géographique avec l’entreprise (55 %), le prix (37 %) et la rapidité de service (46 %).

 

Rôle croissant des entreprises

Autre tendance qui se dessine : les salariés sont de plus en plus nombreux à penser que leur employeur doit s’investir dans leur bien-être et donc dans leur alimentation. Pour les collaborateurs, cela passe par la mise en place d’initiatives comme proposer des corbeilles de fruits (72 %), donner accès à une salle de sport (72 %) ou à un réseau de restaurants aux menus équilibrés (33 %). Ils sont également plus d’un tiers (33 %) à penser que la mise à disposition d’une salle de repos améliorerait leur bien-être. Enfin, 20 % aimeraient que leur entreprise propose des conseils nutritionnels par le biais d’un diététicien.

 

*Le baromètre Food (fighting obesity through offer and demand) a été lancé en 2009. Pour cette 7e edition, 25 000 salariés et 1 400 restaurateurs ont été interrogés dans huit pays européens (Autriche, Belgique, Espagne, France, Italie, Portugal, République Tchèque et Slovaquie).

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème