Entreprise

L’embauche en 100 % télétravail n’est pas pour demain

, par Deborah Weill

HelloWork a mené une étude pour connaître les opinions des managers et salariés sur la fin des mesures de télétravail obligatoires. L’enquête révèle que 65 % des RH restent opposés à l’embauche en 100 % télétravail.

L’enquête HelloWork, menée auprès de 1 063 actifs et de 257 professionnels RH, révèle que 80 % des Français sont satisfaits de leurs conditions de télétravail. “6 actifs sur 10 seraient prêts à travailler à 100 % en télétravail, mais 8 salariés sur 10 jugent important que leur employeur dispose tout de même de locaux”, précise le communiqué de l’étude.

Recruteurs

8 recruteurs sur 10 pensent que le télétravail est un phénomène durable. “Néanmoins, seuls 37 % ont ainsi commencé à élargir les critères géographiques dans leurs recrutements, ouvrant les postes à des profils vivant plus loin donc pouvant travailler une partie de leur semaine à distance”, explique l’enquête. L’étude HelloWork conclut ainsi qu’il est déjà possible de négocier des jours de télétravail à l’embauche hors contexte sanitaire. Cependant, seuls 3 % des recruteurs acceptent régulièrement un télétravail à 100 %, contre 16 % de façon exceptionnelle.

 

LIRE AUSSIEntreprise distribuée et full remote : “Le lieu d’où nous travaillons ne compte plus”

 

Bureaux

La moitié des recruteurs pensent que les besoins en termes de surface de bureaux ont évolué, et qu’ils sont désormais moins importants qu’avant la crise. Cependant 75 % des recruteurs n’ont pas encore de projet de réaménagement, ou de déménagement tenant compte de cette nouvelle réalité. Les Français semblent en revanche, s’intéresser de plus en plus au flex-office, soit “l’absence d’un poste de travail fixe et attitré”, précise l’enquête.

“15 mois après le début de la crise sanitaire, et au lendemain d’un nouveau déconfinement qui précède la période estivale, le retour au bureau ne fait pas l’unanimité. Le télétravail reste la tendance puisque la majorité des Français souhaite continuer à travailler à distance. Concernant les bureaux, cette période post-crise amènera certainement les entreprises à revoir leurs besoins. Pour l’instant notre sondage montre qu’un tiers des DRH a déjà des projets de réaménagement de leurs bureaux ou de déménagement suite à la crise sanitaire et son impact sur les modes de travail. Un consensus de mix présentiel/distanciel semble se dessiner, pour tirer profit du meilleur des deux pratiques ; avec des salariés qui souhaitent du télétravail mais veulent tout de même conserver un bureau et des recruteurs qui acceptent un à deux jours par semaine”, déclare David Beaurepaire, Directeur délégué de HelloWork.

 

LIRE AUSSILes salariés parents plébiscitent le 100 % télétravail

 

Deborah Weill

Deborah Weill
Journaliste


Sur le même thème