Économie thumbnail_moral_courriercadres

Assurance-chômage : faut-il revoir l’indemnisation des cadres ?

, par Fabien Soyez

Les négociations entre partenaires sociaux sur les nouvelles règles de l’assurance chômage ont échoué. C’est le gouvernement qui tranchera, notamment sur la question sensible de la dégressivité des allocations pour les cadres.

 
Le 26 février, Édouard Philippe a présenté la « méthode et le calendrier » de sa réforme : après de « larges consultations » qui se dérouleront durant plusieurs semaines avec le patronat, les syndicats, des élus et des associations, l’État fera évoluer les règles d’indemnisation au printemps, pour une mise en œuvre par décret, dès l’été 2019.

Pour sa réforme, dont le but est de faire économiser à l’Unédic entre 1 et 1,3 milliard d’euros par an, le gouvernement s’en tient à sa lettre de cadrage envoyée aux partenaires sociaux durant leurs négociations. Il continue ainsi à soutenir l’idée d’un bonus-malus sur les contrats courts, et confirme sa volonté de durcir les règles d’indemnisation, en particulier pour les plus hauts salaires – avec l’idée de revoir le plafond d’indemnisation des cadres, ou d’instaurer une dégressivité de leurs allocations.

 

“La dégressivité des allocations chômage serait inefficace et injuste”

Actuellement, le plafond de l’indemnité chômage est de 7 750 euros bruts. Selon le gouvernement, si très peu de demandeurs d’emploi touchent cette somme, ceux qui la perçoivent restent plus longtemps au chômage que les autres, « même quand ils travaillent dans des secteurs en tension ou dans des bassins d’emploi qui recrutent ». Édouard Philippe vise en particulier les 60 000 demandeurs d’emploi qui selon lui touchent plus de 3 000 euros bruts par mois : car tandis qu’un chômeur touchant une allocation de 2 000 à 3 000 euros bruts reste 419 jours au chômage, celui qui perçoit plus de 5 000 euros bruts y reste 575 jours en moyenne.

« Nous devons revoir notre système qui permet d’obtenir des niveaux d’indemnisation pour les salaires élevés qui sont trois fois supérieurs à ce qui se passe chez nos voisins. Les règles d’assurance chômage indemnisent en même temps à un niveau dépassant de très loin ce qui existe partout en Europe, alors même que le marché du travail des cadres est au plein-emploi (avec un taux de chômage de moins de 4 %, contre 9 % pour l’ensemble de la population, ndlr) », affirme le Premier ministre. Selon l’Unédic, fixer un plafond d’indemnisation chômage à 3 fois celui de la Sécurité sociale (soit 5 775 euros par mois) permettrait de réaliser 137 millions d’euros d’économies chaque année.

 

Rebondirforumpoleemploi

 

Outre ce plafonnement des allocations versées, le gouvernement garde comme seconde option leur dégressivité, pour les « salaires très élevés » et/ou les « personnes avec une forte employabilité ». Dans sa lettre de cadrage, le ministère du Travail indiquait en septembre dernier que « les mêmes règles d’indemnisation ne produisent pas les mêmes incitations pour tous les demandeurs d’emploi », car elles “ne tiennent pas compte des différences de capacité à retrouver un emploi”. Le Medef va plus loin, en prônant une dégressivité pour tous les salariés, comme c’était le cas entre 1986 et 2001, et telle qu’appliquée en Espagne, en Italie, en Belgique, aux Pays-Bas et en Suède.

Mais un tel mécanisme aurait-il véritablement un impact sur l’emploi ? « Sur les finances publiques, le financement de l’assurance chômage, c’est certain : cela pourrait réduire, à court terme, les dépenses d’assurance chômage. Mais pour le reste, ce serait inefficace, voire injuste. Les droits dégressifs peuvent être intéressants si vous n’avez aucun contrôle des chômeurs. Mais dès lors qu’il y en a, la dégressivité n’a aucun intérêt », nous expliquait Éric Heyer, de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), en octobre dernier.

 

« Cette mesure ne fait aucun sens sur le plan économique »

« La dégressivité est une proposition inappropriée, qui n’est faite que pour flatter des résonances un peu populistes dans le débat sur le pouvoir d’achat, avec la stigmatisation des cadres, qui seraient soi-disant des privilégiés. Cette mesure ne fait aucun sens sur le plan économique, car pour l’instant, il n’a pas été démontré que la dégressivité pouvait avoir un impact positif, et car il y a déjà l’idée, dans le projet de réforme de l’indemnisation chômage, de renforcer les contrôles et les sanctions. Or, c’est ainsi, par des contrôles exigeants et des sanctions claires et nettes, qu’on arrivera réellement à changer les choses, en évitant des comportements de recherche d’emploi un peu trop passifs », constate de son côté Gilbert Cette, professeur d’économie à l’Université d’Aix-Marseille.

Face à une dégressivité qui ne concernerait que les cadres, les deux économistes sont tout aussi sceptiques – et réfutent l’argument selon lequel les cadres resteraient longtemps au chômage. « Le problème, c’est qu’aujourd’hui, les cadres ont plutôt un compte excédentaire : ils cotisent beaucoup plus qu’ils ne coûtent en indemnisations chômage. Et c’est ce qui permet d’ailleurs au système d’assurance chômage d’être assez vite équilibré. Car globalement, on demande aux cadres, qui sont en fait très rarement au chômage et qui cotisent énormément, de financer les non cadres », remarque Eric Heyer. « De ce point de vue là, il me semble un peu risqué de dire aux cadres que ce sont eux qui exagèrent dans le système, et qu’on va continuer à les taxer énormément, mais en leur donnant moins de droits. Si on les montrait du doigt, je pense que ce serait injuste et qu’ils pourraient être amenés à renoncer à cotiser pour les non-cadres », ajoute-t-il.

« Les cadres ont une présence très redistributive en faveur des personnes les moins qualifiées, et pratiquer une dégressivité renforcerait une redistribution déjà très forte… L’indemnisation globale sur les prestations élevées n’est pas énorme, compte tenu du fait qu’ils sont moins souvent et moins longtemps au chômage ; c’est donc une mesure qui présente un intérêt économique faible, et une efficacité sur la recherche d’emploi qui n’est pas avérée », confirme Gilbert Cette.

 
 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Vos réactions (7)

  1. lolo, le

    Il est facile de stigmatiser les chômeurs ou les cadres chômeurs. Cependant ne faut il pas pénaliser les entreprises qui licencient sans réel motif.
    Qui est responsable du chômage, le chômeur ou le licencieur…
    Faut il indemniser de la même façon une personne qui a travailler 2 ans et une qui a cotisé plus de 20 ans sans période de chômage.

  2. HARAULT, le

    Je suis d accord avec les commentaires.
    Les cadres contribuent plus et avant le regroupement des caisses cadre et non cadres était largement bénéficiaire. Le plafonnement est injuste car nous avons largement cotisé.
    La dégressivité pour les cadres seulement me paraît aussi injuste car en effet un cadre au chômage à plus de mal à retrouver un emploi car les postes sont moins nombreux. Cette mesure si il était prise ne serait elle pas d ailleurs illégale car non appliquée pour tous ?
    Enfin les pistes pour faire des économies
    Au vue des résultats de pôle emploi réduire la masse salariale.
    Cotisation pour tous privé public et gouvernement.
    La vrai solution reste la ceeation d emplois donc aider l’es entrepreneurs en allégeant les charges.

  3. POIRSON, le

    « car tandis qu’un chômeur touchant une allocation de 2 000 à 3 000 euros bruts reste 419 jours au chômage, celui qui perçoit plus de 5 000 euros bruts y reste 575 jours en moyenne »….une fois de plus on ne fait que regarder des conséquences sans revenir aux causes : un cadre au salaire élevé occupe des postes plus rares et donc plus difficiles à trouver avec des processus de recrutement plus longs, un âge plus avancé, donc plus de difficultés à retrouver un emploi…
    En clair c’est une proposition démagogique prise par des personnes qui occupent des emplois de complaisance depuis la sortie de leurs études… protégées par leurs statuts.

  4. Pascal BLONS, le

    L’argument de M.HEYER ne tient pas. Cela s’appelle la solidarité. Je cotise à l’assurance maladie et n’étant que très rarement malade (aucun arrêt en 10 ans) je paye pour nos concitoyens qui n’ont pas cette chance.

  5. DUVAUCHELLE, le

    Les cadres ont comme tous les français un train de vie à assurer et parfois plus de difficultés à retrouver un emploi à salaire équivalent.
    Ce sont les mêmes qui paient beaucoup d’impôts, qui ne sont pas pour l’instant exonérés de la TH, en bref des vaches à lait bien faciles. Baisser leurs indemnités serait juste une mesure poudre aux yeux pour avoir l’air de favoriser juste les plus modestes.

  6. Fourel, le

    Bonjour,
    Oui je suis d’accord pour que les cadres touchent l’allocation chomage.

    Merci

    Cordialement

    Bfourel

  7. Assurance-chômage : le gouvernement campe sur l’idée d’un bonus malus pour les entreprises – Rebondir, le

    […] Pour sa réforme, dont le but est de faire économiser à l’Unedic entre 1 et 1,3 milliard d’euros par an, le gouvernement s’en tient à sa lettre de cadrage envoyée aux partenaires sociaux durant leurs négociations. Il continue ainsi à soutenir l’idée d’un bonus-malus sur les contrats courts, et confirme sa volonté de durcir les règles d’indemnisation, en particulier pour les plus hauts salaires. […]

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires