Carrière Finance

Comptabilité-finance : recherche candidats désespérément

, par Julie Tadduni

Plus de 7 recruteurs sur 10, issus du secteur de la finance-comptabilité, peinent à trouver des candidats pertinents, selon l’étude “Recrutement en comptabilité et finance : attirer, rémunérer, fidéliser”, réalisée par Fed Finance, et publiée vendredi 12 janvier.

 

72 % des recruteurs en comptabilité et finance le déplorent : ils ont du mal à dénicher des candidats adéquats. Une tendance plus importante au sein des directions comptables (86 %).

 

Des embauches ralenties

Plus de la moitié des recruteurs interrogés (55 %) estiment que le manque de technicité des profils freine les embauches, ainsi que le manque de savoir-être et de motivation des candidats.

 

Parler salaire…

La question de la rémunération semble opposer candidats et recruteurs. En effet, alors que 38 % des recruteurs estiment que les prétentions salariales trop élevées sont un frein à l’embauche, 56 % des candidats pensent que les rémunérations des offres correspondant à leur profil sont inférieures à leurs attentes. Entre deux offres équivalentes, c’est le salaire qui fera la différence pour la majorité des candidats (73 %). La situation géographique de l’entreprise arrive en 2e position avec 60 % des suffrages qui y sont sensibles.

 

gplus-profile-picture

Julie Tadduni
Journaliste Web et community manager pour Courrier cadres


Sur le même thème


Vos réactions (6)

  1. Comoe, le

    J’aimerais bien prendre plus d’informations

  2. Eric, le

    Que dire devant cet article, le manque de courage ou l’incompétence des recruteurs des cabinets de recrutement face à des candidats expérimentés qui sont « surdimensionnés » ou le jeune diplômé qui n’a pas assez d’expérience, les discriminations de tous ordres (age, sexe, entreprise, salaire, couleurs de peau, etc…). Et les entreprises ou cabinets d’expertises qui sont sur des préjugés liés sur les mêmes critères discriminants.
    Nous sommes dans l’hypocrisie la plus totale, ou les clones malléables sont le critère primordial.

  3. Damien, le

    Parfait exemple dans le meme mail :
    Gestionnaire de paies H/F
    Type de Contrat : CDI
    Salaire annuel (min/max en €) : De 18 000 à 30 000 € :

    18 000 c’est le smic !

  4. Damien, le

    Bonjour,
    Quand on voit recherche gestionnaire paie, Bac + 3 minimum, 5 ans d’expérience entre 20 000 et 30 000 euros, effectivement c’est jugé trop bas par les salariés.

    1. MERIEAU, le

      Je suis en accord avec Damien.
      Les entreprises veulent payer les gestionnaires de paie au smic alors que le niveau d’étude exiger est élevé.
      J’ai le sentiment que l’on met sur un pied d’égalité une technicienne de surface et un gestionnaire de paie.

      1. Rey, le

        Vu l’état de saleté de la France je trouve que la technicienne de surface mérite au moins autant que le gestionnaire de paie. (et pourquoi UNE technicienne de surfaces et UN gestionnaire de paie ? )

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires