RSE inegalites-sexes-entreprise

Index de l’égalité femmes-hommes : bientôt un nouveau critère pour les cadres dirigeants ?

, par Fabien Soyez

Elisabeth Borne souhaite créer un nouveau critère d’évaluation des entreprises sur l’égalité femmes-hommes, portant sur la place des femmes dans les cadres dirigeants. La ministre du Travail observe ainsi qu’il y a “toujours un plafond de verre” au sein des Codir et des Comex.

“La crise ne doit pas faire passer au second plan la lutte contre les inégalités salariales”, estime Elisabeth Borne. Dans une interview au Parisien, la ministre du Travail est revenue sur index d’égalité femmes-hommes, mis en place en 2019.

Tous les ans, les entreprises doivent en effet calculer et publier sur Internet leur note, sur 100, en matière de respect de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes, notamment concernant les salaires. En mars 2020, 77 % des entreprises de plus de 1 000 salariés avaient renseigné leur index. En octobre, en dépit de la crise du coronavirus, elles sont 97 %.

 

LIRE AUSSI : Index de l’égalité salariale hommes – femmes : un « levier d’innovation » ?

 

“Les lignes ont bougé”

Avant la pandémie, 19 entreprises avaient été épinglées pour leurs mauvais résultats. Aujourd’hui, “les lignes ont bougé, et beaucoup sont dans une dynamique de progression. Il y a un an, 17 % des entreprises avaient des notes inférieures à 75/100, il n’y en a plus que 4 % aujourd’hui”, remarque Elisabeth Borne. Mais selon elle, “il reste encore du chemin à parcourir pour certaines sociétés”, comme De Richebourg Propreté (62 / 100), Socotec Equipements  (65 / 100) ou encore Securitas France (69 / 100). “Certains secteurs sont à la traîne comme celui de la construction, de l’énergie ou encore des industries extractives. Ils doivent s’engager davantage”, ajoute la ministre.

Mais Elisabeth Borne compte aller plus loin et s’attaquer au “plafond de verre” qui subsiste chez les chefs d’entreprise eux-mêmes, dans les Codir et les Comex. “Je trouve choquant que 37 % d’entreprises comptent encore moins de 2 femmes parmi leurs 10 plus hautes rémunérations”, indique-t-elle au Parisien.

La ministre du Travail annonce ainsi la tenue prochaine d’une concertation avec les partenaires sociaux, afin de “compléter” l’index de l’égalité femmes-hommes avec un indicateur supplémentaire sur la part des femmes dans les cadres dirigeants.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires