Management Didier_Bille-Courrier_Cadres

Didier Bille : « Si les RH ne se remettent pas en question, elles vont disparaître »

, par Mickaël Icard

Didier Bille, ancien DRH et auteur du livre « DRH, la machine à  broyer », nous dévoile les pratiques RH qu’il a pu utiliser contre les salariés de ses anciens employeurs.

Le message est clair : Didier Bille, ancien DRH et auteur de ce livre compte bien dénoncer, en toute vérité, certaines pratiques, qu’il a rencontrées ou mises en place lui-même lors de sa carrière de directeur des ressources humaines.
Rencontre avec cet expatrié belge, qui aurait bien aimé faire de son livre une bande dessinée, tellement les situations décrites s’y prêtent.

 

Extraits :

Que répondez-vous aux anciens salariés qui déclarent que vous n’avez aucun regret et que vous avez détruit des gens ?

(…)

Didier Bille : D’abord ce que je fais, c’est ce que l’entreprise fait, moi je suis un rouage. Ce n’est pas une excuse, mais je ne suis qu’un rouage. Ce n’est pas moi qui prend les décisions de licencier. Ce n’est pas la DRH qui prend les décisions de mettre en place des plans de licenciement collectif.

(…)

Ces entreprises peuvent faire ça aujourd’hui, parce que, d’abord il n’y a plus de solidarité entre les salariés. Les salariés ne se défendent plus entre eux. Les syndicats n’ont pas le poids nécessaire, n’ont souvent pas le poids nécessaire que pour être un contre-pouvoir. Parce que la loi l’autorise.

Et quand lorsqu’on dévie un petit peu de la loi, la probabilité de se faire pincer est très faible, parce que l’inspection du travail n’a pas les moyens de faire son travail. Et quand on se fait pincer, les sanctions confinent au ridicule. Donc si on le fait c’est que c’est possible.

(…)

Maintenant pour répondre à votre question, quels que soient les regrets que j’ai, et j’en ai. Jamais en public, jamais face à une caméra, jamais face à un micro, je dirais que j’ai des regrets. Parce que je trouve que ce serait trop facile.

Non seulement c’est trop facile, mais je pense que pour les gens qui ont eu à souffrir, pas forcément de moi, mais des politiques que je décris dans mon livre, ce serait même insultant.

La DRH est-elle au service de l’humain ou de la direction ?

Didier Bille : De la direction ! C’est un chemin que la DRH a choisi dans les années 90, sous l’effet de Jack Welch de General Electric et de celui qui est considéré aujourd’hui toujours comme le gourou en RH, David Ulrich. Ils ont inventé le concept de business partner, partenaire du business. Pas people partner, pas partenaire des gens.

C’est à ce moment-là que la direction des Ressources Humaines a fait ce choix faustien : je prends en puissance, je suis reconnu comme stratégique, mais le prix à payer, c’est que je vais dorénavant supporter le business et plus les gens. Et depuis, ce gouffre est devenu un grand canyon, entre les gens et les ressources humaines.

Forciez-vous les managers à utiliser les techniques décrites dans votre livre ?

Didier Bille : Je n’ai jamais eu à forcer un manager. Le courage n’est pas spécialement la vertu majeure du management.

(…)

Parfois ils ne comprennent pas comment faire, (…), alors je leur expliquais. Mais convaincre un manager de le faire ? Jamais.

 

Interview complète en haut de l’article.

gplus-profile-picture

Mickaël Icard
Journaliste reporter d'images pour le groupe Courrier Cadres


Sur le même thème


Vos réactions (4)

  1. GERENT, le

    « Si les RH ne se remettent pas en question, elles vont disparaître »
    Je suis en d’accord avec Didier sur le devenir des RH,j’ai de nombreux exemples de mauvais choix,ne faisant pas du tout leur travail de relation humaine
    Et même à mettre en difficulté une grande société en difficulté auquel j’ai appartenu pendant de nombreuses années ,le management ne jouant n’ont plus leur rôle par manque de courage, de savoir,d’expérience,et surtout les diplomes ne suffise pas au début d’une carriére

  2. laurent, le

    DRH n’est qu’un rouage ! quel manque de courage !
    Procès de Nuremberg : L’article 8 du statut établit que les responsables incriminés ayant obéi à leur gouvernement ou à d’autres supérieurs hiérarchiques peuvent voir leur peine diminuée, mais sans que cela les dégage de leur complète responsabilité.
    A bon entendeur

  3. Charles-Henri Besseyre des Horts, le

    Voici le post sur LinkedIn, vu par 8606 personnes, publié le lendemain du reportage d’Envoyé Spécial sur France 2 et une semaine avant la sortie de ce pamphlet !

    Un reportage TV “Envoyé Spécial “ avec Elise Lucet et un livre le 15 mars sur le cas d’un DRH “exécuteur”, un nouvel épisode du RH Bashing que j’ai dénoncé en 2015 :
    https://lnkd.in/gJ4y7iW
    et par mon collègue M Barrabel en 2017 dans le livre collectif auquel j’ai contribué:
    (lien de renvoi vers l’achat d’un ouvrage modéré par la rédaction)

    Quand arrêterons nous de dénigrer ce beau métier de DRH (Directeur des Richesses Humaines) ??

  4. Thierry MEVEL, le

    Bonjour, je suis la personne filmée dans le reportage d’envoye spécial du 8 mars avec Didier Bille au sujet des licenciements abusifs. Didier Bille a fait un cours passage chez NXP Caen, suite a mon licenciement.
    Didier Bille a consacré dans son livre « DRH la machine à broyer » un chapitre sur les circonstances de mon licenciement. Ce chapitre est intitulé « fusillé pour l’exemple ».

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires