Management teletravail Deskeo

62 % des Français voudront faire plus de télétravail après le confinement

, par Marie Roques

Selon une étude réalisée par l’opérateur de bureaux flexibles Deskeo, les Français prennent goût au télétravail pendant cette période de confinement.

Deskeo, opérateur de bureaux flexibles, vient de publier les résultats d’une nouvelle étude sur le télétravail qui révèle un véritable engouement des Français pour ce système.

“Notre premier sondage réalisé après quelques jours de confinement nous indiquait que les trois quarts des Français en télétravail forcé regrettaient déjà leurs bureaux, explique Franck Zorn, co-fondateur de Deskeo. Après 4 semaines d’expérimentation nationale du home-office, les Français ont non seulement pris l’habitude de travailler de chez eux, mais ils voudront le faire plus souvent après le confinement. ”

Parmi les raisons avancées en faveur du télétravail, gagner du temps dans les transports est cité par 38 % des répondants, puis pouvoir travailler au calme (27 %) et s’organiser plus librement (19 %).

Le sondage nous apprend également que 79 % des personnes interrogées sont prêtes à sacrifier leur bureau attitré pour faire plus de home-office. Pour autant, 45 % redoutent que leur employeur s’y oppose par culture du présentéisme (43 %) ou par manque de confiance (17 %).

 

Culture du présentéisme

Selon Deskeo, les entreprises doivent davantage penser leurs espaces de travail comme des lieux de vie et s’inspirer de ce qui se fait à la maison. “On peut retrouver ce confort au bureau en proposant des espaces variés et confortables qui donnent envie aux gens de venir travailler, ajoute Franck Zorn. Les entreprises investissent très souvent 10 fois plus dans les salaires que dans le bien-être de leurs collaborateurs. Or, c’est un très mauvais calcul. En économisant quelques dizaines d’euros par m2 en travaux et mobilier, on paye souvent la différence en matière de productivité. ”

Pour pouvoir faire davantage de home-office, 77 % des femmes interrogées et plus de 82 % des hommes sont tout a fait prêts à ne plus avoir un poste de travail attitré au bureau. “Une organisation en flex-desk permettrait aux entreprises de réduire la surface de leurs espaces de travail. Cette stratégie peut permettre de s’installer dans un quartier plus central et mieux desservi, d’investir dans du mobilier et des équipements plus confortables ou encore d’organiser plus d’événements internes pour conserver la cohésion d’équipe. ”

 
 

Marie Roques

Marie Roques
Rédactrice en Chef


Sur le même thème