Entreprise CourrierCadresParisBureauxLocaux

L’immobilier de bureaux dans Paris et la proche banlieue se resserre

, par Julie Falcoz

Selon le baromètre de BureauxLocaux, le VIIIe et Boulogne sont les coins les plus recherchés en région parisienne mais le XVIIe et Vincennes tirent leur épingle du jeu.

La tension du marché au centre de Paris est inédite, observe Sophie Desmazières, présidente et fondatrice de BureauxLocaux. Dans le Ier, le IIIe et surtout le IVe arrondissement, l’offre est trop réduite alors que la demande est colossale”. Après son classement des villes de province les plus recherchées pour les bureaux, le baromètre des recherches immobilières sur bureauxlocaux.com au premier semestre 2018 fait le constat d’un marché tendu, aussi bien dans Paris intra-muros que dans les villes de la petite couronne. Un état des lieux partagé par David Tordjman, directeur commercial chez Groupe Babylone : “Tout le monde cherche l’hyper centralité, or les valeurs locatives sont devenues trop élevées pour beaucoup d’entreprises qui ne peuvent plus suivre.” En effet, depuis un an, les loyers des bureaux ont augmenté de 6,6 % à Paris pour atteindre en moyenne 442 euros hors taxe et hors charge / m2 / an. Au 1er semestre 2018, le VIIIe reste l’arrondissement le plus prisé par les entreprises parisiennes avec 11 % des recherches. Viennent ensuite les IXe et IIe arrondissements avec respectivement 10 % et 9,6 % des projets. “Dans certains secteurs les loyers ont augmenté de 10 % sur un an, comme dans les IIe, IIIe et IVe arrondissements”, poursuit Sophie Desmazières. “Certains produits rares flirtent même avec les 1 000 euros / m2 / an au Palais Royal, dans le quartier latin ou aux Invalides.

Le XVIIe sort du chapeau

Avec un hyper-centre saturé, le XVIIe arrondissement, 7e du classement avec 6,4 % des recherches à Paris (+1,1 point), tire son épingle du jeu. Inauguré en avril dernier, le nouveau Palais de Justice redonne au quartier Clichy-Batignolles ses lettres de noblesse, après de lourds travaux. On parle également de l’arrivée récente de l’entreprise Canon. “Les loyers y sont plus faibles et les surfaces plus larges, le tout avec un bon réseau de transports en commun”, analyse David Tordjman. Si les lignes 2, 3 et 13 du métro sont déjà présentes, l’arrondissement accueillera  la ligne 14, à Pont Cardinet, en 2020.

CourrierCadresParisBureauxLocaux

En petite couronne

Aux portes de Paris, Boulogne-Billancourt (92) reste la ville la plus convoitée par les entreprises avec 14,2 % des recherches au 1er semestre et creuse l’écart avec son premier poursuivant, Neuilly-sur-Seine qui gagne 2 places (9,7 %). C’est d’ailleurs à Neuilly (92) que l’on trouve les loyers les plus élevés de la région parisienne avec une moyenne de 407 euros HT-HC / m2 / an et jusqu’à 600 euros sur certains biens exceptionnels. Les valeurs locatives y sont en moyenne 35 % plus élevées qu’à Boulogne mais 10 % inférieures aux XVIe et XVIIe arrondissements voisins. Si les prix y sont élevés, les offres y sont limitées, se concentrant sur l’avenue du Général de Gaulle, autour des stations de métro de la ligne 1. À Boulogne, les nouveaux quartiers attirent chaque année de nouveaux pensionnaires de toute taille.

Regarder à l’Est

Alors que les Hauts-de-Seine concentrent toujours 80 % des requêtes de bureaux du top 10 de la petite couronne, on observe un mouvement intéressant à l’Est de Paris. Dans le Val-de-Marne (94), Vincennes (8e) et Ivry-sur-Seine (10e) affichent les plus importantes hausses d’attractivité au 1er semestre (+0,9 point). “Ceux qui veulent s’agrandir mais ne trouvent pas dans Paris regardent d’un bon œil Vincennes qui propose de belles surfaces de bureaux et des immeubles de qualité”, assure David Tordjman. “À l’image de Montrouge l’an dernier, Vincennes et Ivry attirent l’attention des entreprises. Elles combinent une bonne desserte et un cadre de travail attractif pour les entreprises parisiennes en quête d’espace”, renchérit Sophie Desmazières. D’autant que c’est moins cher, avec en moyenne, à Ivry-sur-Seine, des loyers à 189 euros / m2 / an, soit la moitié du centre de Paris et 50 % inférieur à Issy-les-Moulineaux.

Julie Falcoz
Journaliste


Sur le même thème