Entreprise cadres-managers

77 % des cadres managent, et 68 % sont heureux de le faire

, par Fabien Soyez

Selon la dernière enquête Cadreo sur le management, la majorité des cadres (77 %) managent des collaborateurs, et sont heureux de le faire (68 %). Mais s’ils aiment faire progresser leurs équipes, ils sont aussi 50 % à déplorer le manque de temps nécessaire à cette mission, et 36 % à la décrire comme chronophage.

 
Les cadres sont avant tout des managers : ainsi, 77 % d’entre eux encadrent des collaborateurs, révèle la dernière enquête Cadreo. Selon cette étude (menée début mai 2019 auprès de 2 930 salariés en France), les cadres-managers (68 %) le sont devenus dès la sortie de leurs études (34 %), à la suite d’une promotion (34 %) ou après avoir changé d’entreprise (32 %). À noter qu’une majorité (68 %) se sont vu proposer ce statut par leur employeur.

L’enquête nous apprend aussi que 40 % des cadres ont appris à manager « sur le tas », sans y avoir été formés – tandis que 31 % ont suivi une formation après avoir commencé à encadrer des collaborateurs, 20 % avant de devenir manager et 17 % au moment de leur prise de fonction. Au quotidien, 47 % des managers encadrent des équipes constituées de 1 à 9 personnes, et seulement 16 % animent des équipes de plus de 50 salariés.

 

Des cadres heureux de manager

Si nombre de cadres sont devenus managers sans forcément l’avoir prévu, ils sont 70 % à déclarer « aimer beaucoup » la gestion et l’animation d’équipes, contre seulement 0,7 % qui « n’aiment pas du tout » cela. Ils sont même 74 % à être prêts à continuer à manager si, à salaire égal, on leur proposait de ne plus le faire.

Qu’aiment les cadres dans le management ? La majorité (86 %) apprécient la possibilité de faire progresser leurs équipes, ainsi que le « facteur humain » (75 %) et la possibilité de déléguer (36 %). « Le fait d’être chef (7 %) ou le statut social (10 %) arrivent en dernière position », note Cadreo.

 

Une mission chronophage

Dans le même temps, les cadres-managers jugent toutefois leur mission chronophage. Ainsi, 63 % déclarent passer entre 10 et 50 % de leur temps de travail à gérer leurs équipes. Et lorsqu’on les interroge sur ce qui leur déplaît dans le fait de manager, 36 % des cadres mettent en avant cet aspect chronophage de leur mission, et 50 % « le manque de temps et d’accompagnement » nécessaire à cela. En outre, ils sont aussi 47 % à déplorer un « manque de leviers de motivation de l’équipe ». Selon l’étude, les difficultés relationnelles avec les collaborateurs (15 %) ou le manque d’intérêt pour la mission (5 %) « sont relativement peu cités ».

manager-salarie-amis

 

Les cadres, bons managers ?

Les cadres se jugent globalement « bons managers », 58 % d’entre eux s’attribuant la note de 4 sur une échelle allant jusqu’à 5, et plus de 9 % se donnant la note maximale. Du côté des collaborateurs, en revanche, s’il n’y a pas de grande différence, les chiffres sont un peu moins bons. Inviter à noter leurs supérieurs sur la qualité de leur management, ils ne sont ainsi que 35 % à leur attribuer la note de 3, et 27 % la note de 4… La note maximale n’étant attribuée qu’à 7 % des managers.

 

Responsabilités, management et expertise : 3 critères pour définir le statut cadre

Alors que le statut cadre est actuellement débattu par les partenaires sociaux pour savoir quels critères retenir pour les définir, les avis des managers et des salariés interrogés par Cadreo concordent. Ainsi, quatre éléments sont déterminants selon eux : le niveau de responsabilité (64 % pour les cadres, 55 % pour les salariés), le fait de manager (41 % – 44 %), le niveau d’expertise (33 % – 32 %) et les compétences (29 % – 48 %).

 
 

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires