Entreprise flex-office

23 % des entreprises franciliennes ont mis en place le flex office

, par Camille Boulate

Selon la troisième édition de l’étude annuelle de Parella-Esquisse, cabinet de conseil spécialisé dans l’aménagement des espaces de travail, les entreprises sont majoritairement favorables à la flexibilité du travail. En revanche, elles sont moins conquises par le flex office. Décryptage.

 

De plus en plus les entreprises repensent leur organisation. D’après la troisième édition de l’étude annuelle de Parella-Esquisse, cabinet de conseil spécialisé dans l’aménagement des espaces de travail, les nouveaux modes de travail (nomadisme, télétravail, collaboratif…) arrivent en tête des raisons qui poussent les entreprises à remodeler leurs locaux. Le besoin d’améliorer leur attractivité et de renforcer leur marque employeur est également cité.

 

Répondre à la stratégie

En grande majorité, les entreprises restent satisfaites de leurs bureaux actuels. 71 % des employeurs interrogés estiment que leur aménagement correspond à leur stratégie, contre 61 % l’année dernière. Toutefois, près d’un tiers considèrent que leur aménagement actuel ne répond toujours par à leur stratégie. L’étude souligne d’ailleurs que, comme les années précédentes, la principale raison de cette insatisfaction reste l’inadéquation des modes de travail.

 

À LIRE AUSSI :

“Télétravail, l’envie de flexibilité et de liberté des millenials”

 

Bureaux ouverts

Du côté de l’aménagement en tant que tel, 56 % des entreprises précisent que les bureaux sont ouverts. Par ailleurs, si 83 % des collaborateurs travaillent en mode collaboratif ou projet, les postes de travail restent attitrés près de 9 fois sur 10. Toutefois, les entreprises sont moins séduites par le flex office. Malgré 61 % d’intention évoquées dans l’édition de 2017, le flex office reste stable, avec 23 %. Pour les entreprises qui l’ont mis en place, 70 % l’ont déployé par département et l’ont appliqué au comité de direction. “Il est intéressant de noter l’évolution des raisons pour lesquelles la majorité des entreprises n’ont finalement pas sauté le pas. Elles évoquent en premier lieu qu’elles ne sont ni prêtes, ni adaptées à ce changement , qu’il s’agit d’un sujet complexe ou d’une résistance en interne”, explique l’étude.

 

Télétravail et horaires aménagés

En revanche, 79 % des entreprises déclarent avoir déployé le télétravail en 2019 (contre 59 % l’année dernière). 74 % ont par ailleurs adopté la flexibilité des horaires de travail et 38 % donnent accès à des tiers-lieux, comme des espaces de co-working. “Ces derniers répondent certes au besoin de flexibilité/agilité, mais offrent également une solution au manque de surfaces disponibles à Paris”, explique Parella-Esquisse.

Enquête réalisée auprès de 172 PME et entreprises de + 500 salariés, en majorité franciliennes.

 

 

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème