Économie Les difficultés de recrutements sont notamment liées à la transformation numérique.

Les difficultés de recrutements sont notamment liées à la transformation numérique.

Recrutement cadres : année record pour 2018 mais les tensions persistent

, par Innocentia Agbe

La nouvelle se diffuse dans à peu près tous les médias : “les recrutements de cadres devraient être au plus haut niveau en 2018”, selon les estimations de l’Apec, pour atteindre entre 248 000 et 271 000 embauches. Mais l’organisme rappelle aussi un point de vigilance : les difficultés de recrutements sur certaines fonctions, notamment en lien avec la transformation numérique.

 

La progression de l’emploi des cadres en 2018 pourrait atteindre jusqu’à 13 % par rapport à l’année dernière. Les services, le commerce ainsi que la construction et l’industrie tirent leur épingle du jeu.

 

Formation et anticipation : les nouveaux enjeux

Pour établir son rapport, l’Apec a interrogé 11 000 sociétés. “La confiance des entreprises est solide et l’ensemble des secteurs et des fonctions profiteraient de ce marché très bien orienté”, explique Jean-Marie Marx, directeur général de l’organisme. Une euphorie qui ne doit pas faire oublier un problème récurrent pour certaines fonctions : les difficultés de recrutement. Puisqu’elles peuvent entraver les ambitions de développement de certaines entreprises. Sans surprise, ces difficultés sont “à mettre en lien avec l’accélération de la transformation numérique”. Mais aussi avec “la transition énergétique, les évolutions des organisations et de leur mode de management qui nécessitent des compétences nouvelles”. L’Apec préconise de la formation et de l’anticipation. L’association les voit comme de nouveaux enjeux pour les cadres, mais aussi pour les nouveaux diplômés et les entreprises.

 

Informatique et télécommunication, ingénierie…

Pour entrer plus en détail dans les perspectives de recrutement pour 2018, en ce qui concerne les secteurs, les services s’en sortent très bien et pourraient embaucher jusqu’à 196 600 cadres sur l’année. L’industrie devrait atteindre jusqu’à + 12 % de recrutements, la construction continue sa progression avec entre 12 400 et 13 200 embauches. Pour le commerce (qui a connu une baisse de 2 % en 2017), se sont entre 19 800 et 21 500 recrutements qui sont prévus. “Par ailleurs, la majeure partie des recrutements continuent de se concentrer sur les Activités informatiques et télécommunications, l’ingénierie-R&D, et les Activités juridiques et comptables, conseils et gestion des entreprises”, complète l’Apec.

 

Un dynamisme pour les plus et les moins expérimentés

Les cadres totalisant 1 à 10 ans d’expérience seront les plus sollicités mais les débutants devraient aussi commencer à ressentir la bonne santé du marché de l’emploi cadre. Et peu importe où vous avez élu domicile. L’Apec explique qu’à peu près toutes les régions sont concernées, l’Île-de-France en tête (un recrutement de cadres sur deux). Sur la deuxième marche se place l’Auvergne-Rhône-Alpes, puis suivent l’Occitanie, les Hauts-de-France, Provence-Alpes-Côte d’Azur-Corse et la Nouvelle Aquitaine.

gplus-profile-picture

Innocentia Agbe
Journaliste pour Courrier cadres


Sur le même thème