Économie routine_courriercadres

Le moral des décideurs est en chute libre

, par Fabien Soyez

Selon le dernier baromètre Viavoice pour HEC, Le Figaro et BFM Business, le moral des décideurs continue de chuter, après une forte baisse en septembre. Les cadres se soucient principalement de leur pouvoir d’achat et de l’emploi.

 
L’indice du moral des cadres a perdu deux points en deux mois, et s’établit à -25, un niveau jamais atteint depuis 2016, selon le dernier Baromètre des décideurs réalisé par Viavoice pour HEC, Le Figaro et BFM Business.

Cette baisse confirme une tendance amorcée en septembre, quand l’indice avait déjà chuté de 11 points, atteignant -23. Ce niveau reste toutefois très loin de celui observé durant la crise financière de 2008-2014 : l’indice du moral des cadres était passé de -24 à -47 entre le début et la fin de l’année 2008, puis avait chuté à plusieurs reprises jusqu’à -56 en 2011 et 2013.

 

Une inquiétude liée au pouvoir d’achat

D’après l’étude de Viavoice, réalisée début novembre 2018 auprès de 400 cadres, ces derniers sont 44 % à estimer que d’ici un an, le niveau de vie devrait « se dégrader » en France, contre seulement 17 % qui pensent qu’il devrait s’améliorer. Les décideurs ne sont également que 19 % à estimer que leur situation financière personnelle s’améliorera (contre 24 % en septembre).

Outre le pouvoir d’achat, l’emploi inquiète également les cadres, qui ne sont que 16 % à penser que le nombre de demandeurs d’emploi devrait diminuer (ils étaient 40 % à le croire en mars dernier) dans les prochains mois. Cette baisse de moral affecte la façon dont les décideurs anticipent leur carrière. Ainsi, ils sont 75 % à juger « faibles » les opportunités de progression dans les mois qui viennent.

 

gplus-profile-picture

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Vos réactions (1)

  1. SUNMAGMA, le

    Il serait intéressant de compléter ces chiffres moyens et bruts d’une analyse plus fine en fonction de la tranche de salaire et de la fonction précise du « décideurs » au sein de son entreprise.
    Il est bien connu que ce n’est pas forcément ceux qui disposent du titre de « décideurs » en période clémente et sereine qui savent tenir le cap et garder le moral lors des premiers coups de tabac.

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires