Carrière embauche-jeune

Cadres : les salaires ont stagné en 2016

, par Camille Boulate

Le cabinet de recrutement Robert Walters a dévoilé, mardi 17 janvier, son étude mondiale sur la rémunération annuelle des cadres. Résultat : les salaires ont stagné en 2016 mais devraient repartir à la hausse pour 2017.

Robert Walters vient de publier son étude mondiale de rémunération annuelle concernant les cadres. Si en Europe, une hausse des salaires est constatée, comme en Espagne (+ 15 %) ou au Pays-Bas (+ 7 %), les cadres français ont vu leur rémunération stagner (entre 0,5 et 1 % d’augmentation) en 2016. “Mais nous remarquons d’ores et déjà une forte progression de la demande de cadres à l’embauche pour ce début 2017, indique Antoine Morgaut, CEO Europe et Amérique Latine du cabinet de recrutement. Ainsi, nous prédisons une hausse de salaire bien supérieure à l’année qui vient de s’écouler.”

 

Des cadres encore peu mobiles

En France, le marché des cadres reste encore peu marqué par la mobilité puisque seulement 3,6 % des actifs changent d’emploi chaque année. “Une mobilité qui est beaucoup plus élevée pour les juniors. Désormais c’est beaucoup moins vu comme de la déloyauté par les employeurs de vouloir changer d’entreprise”, souligne Antoine Morgaut.

 

Management de transition et intérim plébiscités

En revanche, plusieurs tendances continuent de se dessiner comme l’attrait pour le management de transition qui a connu une hausse des demandes de 35 %. “Depuis 4 ou 5 ans, c’est véritablement devenu un choix de vie de la part des cadres et non plus une obligation pour ceux qui ne trouvent pas d’emplois. Surtout, c’est une façon de gagner mieux sa vie”, insiste Antoine Morgaut. Les rémunérations ont en effet augmenté de 5 % à 10 % en 2016 par rapport à 2015 pour les manager de transition. L’intérim est également un mode de travail de plus en plus plébiscité, notamment pour les plus juniors. “Il n’est plus essentiel pour la jeune génération d’obtenir un CDI à tout prix, assure Antoine Morgaut. Ils sont 89 % à indiquer chercher un emploi indifféremment des postes. Et ils sont de plus en plus à se maintenir, par choix, en travail temporaire pendant quelques années avant de rejoindre une entreprise.”

gplus-profile-picture

Camille Boulate


Sur le même thème