Carrière Portrait,Of,Grey-haired,Senior,Handsome,Smiling,Man,Working,From,Home.

Qualité de vie, télétravail, management, formations : les attentes des cadres nées de la crise

, par Fabien Soyez

Si les cadres sont de plus en plus inquiets pour leur emploi, la crise du Covid-19 a aussi contribué à renforcer leurs aspirations à un meilleur équilibre vie pro/vie perso, et au développement de nouvelles compétences. Selon le dernier baromètre de l’Apec, l’expérience du confinement et du télétravail a “généralisé l’appétence“ des cadres pour une meilleure QVT et pour un management “fondé sur la confiance et la communication”.

“Les aspirations des cadres à un meilleur équilibre entre les sphères professionnelle et personnelle ne datent pas d’hier. Pas plus que l’appel à de nouvelles méthodes de management. Mais la crise les a teintées d’une façon toute particulière. L’expérience du confinement et du télétravail a généralisé l’appétence des cadres pour une meilleure qualité de vie et pour un management fondé sur la confiance et la communication. Des attentes que les entreprises auront à prendre en compte en 2021”. Tel est le constat de l’Apec, dans son dernier baromètre des intentions de recrutements et mobilité des cadres, publié ce mercredi 3 février.

Cette étude permet de constater que les recrutements de cadres se poursuivent, mais que les intentions d’embauches restent à la baisse. Conséquence de la crise du Covid-19, les cadres sont de plus en plus inquiets pour leur emploi. Mais qu’ils se sentent menacés ou non,  ils sont aussi nombreux à se préparer à une éventuelle recherche d’emploi. “La crise semble avoir un effet d’accélération dans les transitions professionnelles”, souligne Gilles Gateau, directeur général de l’Apec, lors de la présentation du baromètre.

 

LIRE AUSSI : Menacés ou non dans leur emploi, les cadres se préparent à bouger

 

Un télétravail devenu “aspirationnel”

“Les crises du passé les voyaient se geler en attendant des jours meilleurs, mais aujourd’hui une majorité des cadres nous dit que la crise les a incités à réfléchir à leur avenir professionnel. Malgré les temps difficiles, la recherche de sens, le besoin d’un travail plus en phase avec ce qu’on est, restent des moteurs de l’avenir”, ajoute-t-il. Ainsi, le télétravail généralisé aurait achevé de les convaincre qu’ils aspiraient avant tout à une meilleure qualité de vie professionnelle.

Selon l’Apec, le télétravail est devenu “aspirationnel” chez les cadres. Ils sont désormais 72 % à souhaiter le pratiquer de façon régulière (au moins un jour par semaine), même après la crise. Parce que le travail à distance leur permet de diminuer le temps passé dans les transports, de travailler “au calme” , en toute autonomie et d’une façon plus flexible.

“Les cadres aspirent à une meilleure qualité de vie. Et le télétravail en est désormais la pierre angulaire”, observe Gilles Gateau.

 

LIRE AUSSITélétravail : les cadres veulent continuer après la crise du Covid-19

 

La qualité de vie professionnelle, “moteur des mobilités”

“Pour les cadres qui ne seront pas aux prises avec une insertion ou un maintien en emploi délicat, la recherche d’une optimisation de la qualité de vie devrait se généraliser. Concrètement, l’attractivité des postes, des entreprises et des régions devraient s’en trouver modifiées. À ce titre, l’accès au télétravail régulier et à une forme de flexibilité sont emblématiques. La prise en compte de cet enjeu deviendra clé dans la capacité des entreprises à fidéliser et attirer des talents de tous âges”, analyse l’Apec.

Pour accéder à une meilleure qualité de vie professionnelle, les cadres sont ainsi nombreux (30 %, dont 43 % en Île-de-France) à exprimer le souhait de changer de région.

“Cette aspiration a été renforcée par le contexte actuel. Une minorité franchira vraisemblablement le pas, mais la recherche d’une meilleure qualité de vie constitue bel et bien la principale motivation des cadres souhaitant trouver un poste dans une autre région”, indique Gilles Gateau.

 

crise-covid-mobilite-cadres

 

Un besoin de revoir ses pratiques managériales

Selon le directeur général de l’Apec, “l’évolution des pratiques managériales, déjà rendues nécessaires par la révolution digitale, devient une vraie urgence : comment faire ensemble quand les équipes sont éclatées, comment faire du collaboratif avec des outils qui soi-disant le sont mais à l’usage pas tant que cela ? La crise souligne un besoin énorme en formation, auquel les entreprises vont devoir répondre pour aider les managers face à un monde nouveau”

Ainsi, face au télétravail bientôt pérennisé, la nécessité de “faire évoluer le management” fait consensus : 89 % des cadres managers en sont convaincus, ainsi que 88 % des cadres non managers.

“Selon les managers, les facteurs clés de succès du management à distance sont la communication régulière, l’instauration d’une relation de confiance et le maintien de la cohésion d’équipe. Ils considèrent aussi que leur rôle exige de plus en plus de mobiliser des compétences relationnelles et comportementales, à commencer par un sens aiguisé de l’écoute”, peut-on lire dans l’étude.

 

cadres-managers-teletravail-formation

 

Un besoin de formation à la gestion des conflits et à la communication

Dans cette optique, “beaucoup managers ne se sentent toujours pas suffisamment préparés”, et sont désormais en forte demande de formation. En priorité, les managers souhaiteraient être formés au leadership, à “l’agilité et au digital”, mais aussi à la gestion des conflits, et à la communication.

Ils sont en outre 68 % (pour 62 % de l’ensemble des cadres) à se dire intéressés par une formation aux “bonnes pratiques” en matière de télétravail. “Ce sont typiquement des compétences aiguisées par la situation vécue en 2020 de gestion de collectifs éclatés”, remarque Gilles Gateau.

“Face à ces enjeux, les entreprises qui chercheront à recruter devront activer des leviers forts d’attractivité. L’accès au télétravail régulier, la recherche d’équilibre entre vie privée et vie professionnelle, mais aussi le développement des compétences des collaborateurs, l’accès à la formation et aux mobilités internes”, conclut le directeur général de l’Apec.

Selon le baromètre de l’association, le fait de mettre en valeur dans les offres d’emploi cadres l’existence d’un accord télétravail sera demain “un critère clé” en matière d’image employeur. Ainsi que l’organisation de formations à destination “des managers, mais aussi des managés, pour orchestrer un changement de culture managériale, compatible avec le télétravail”.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires