Carrière entreprise-liberee-bonheur-travail

87 % des actifs français considèrent que le sens au travail est important

, par Nathan Rayaume

Une étude, réalisée par SomanyWays, révèle les attentes et les indispensables de 15 000 sondés en matière de sens au travail. En fonction de l’âge et du parcours étudiants, les envies de chacun diffèrent.

L’enquête réalisée par SomanyWays révèle un top 3 des indispensables au travail. 62 % veulent avoir une bonne ambiance de travail, 60 % jugent indispensable d’apprendre et développer de nouvelles compétences. Plus d’un répondant sur 2 (51 %) veut avoir la possibilité de proposer des idées, des solutions. Au contraire, il y a également les « surtout pas » des répondants, 87 % ne veulent pas d’une entreprise qui manquent d’éthique, 57 % ne désirent surtout pas être dans une grande entreprise renommée et 45 % ne souhaite pas avoir un chef qui micro-manage. L’étude met aussi en avant des critères surprenants : Seulement 25 % des répondants jugent indispensable d’avoir un CDI, 31 % jugent indispensable de progresser régulièrement dans leur rémunération et 32 % estiment nécessaire de « décrocher » une fois rentrés chez eux.

A lire aussi : Sens au travail : comment trouver votre ikigaï

Des différences entre les âges et les parcours étudiants

En ce qui concerne la signature d’un CDI, 38 % des moins diplômés (bac +2 et moins) et 22 % des plus diplômés (bac +5 et plus) jugent indispensable d’en avoir un. Si on s’intéresse particulièrement aux 28-44 ans : les moins diplômés sont 37 % à trouver le CDI indispensable, contre 21 % des plus diplômés. Contribuer par leur travail à résoudre des enjeux de la société est jugé indispensable pour 50 % des bac +5 et plus. Pour les bac +2 et moins, ils sont 34 % seulement. Un constat encore plus prégnant chez les moins de 27 ans. Les plus diplômés sont 58 % à juger ce critère indispensable contre 33 % pour les moins diplômés. Toujours sur cette tranche d’âge, seulement 25 % des plus diplômés (bac +5 et plus) accordent une importance cruciale à l’augmentation régulière de salaire contre 40 % pour les moins diplômés. Généralement, 45 % des moins diplômés jugent indispensable de progresser régulièrement dans leur rémunération contre 30 % pour les plus diplômés.

S’organiser comme ils le veulent, c’est ce que souhaitent 49 % des répondants. Cependant cette envie est plus présente chez les 45-62 ans avec 57 % contre 36 % chez les moins de 27 ans qui jugent indispensable d’avoir plus de flexibilité. 83 % des répondants estiment qu’il est très important que leur manager les pousse à se dépasser. En la matière, 47 % des répondants attendent de leur manager qu’il soit exemplaire, 37 % des moins de 27 ans attendent cela. Pour les répondants âgés entre 45 et 62 ans, 1 répondant sur 2 jugent indispensable que leur manager soit exemplaire. Pour finir, 87 % des actifs français considèrent que le sens au travail est important pour eux.

Avatar

Nathan Rayaume
Journaliste


Sur le même thème