Management Office,Rush,Concept,,Corporate,Staff,Employees,Working,Together,Using,Computers

Bientôt un “chèque bureau” pour favoriser le télétravail hors domicile ?

, par Fabien Soyez

Un “chèque bureau” pour favoriser le télétravail hors domicile : c’est l’idée de la fondation Travailler autrement et d’une trentaine de personnalités économiques, syndicales et politiques, qui proposent de créer cet outil pour “faciliter l’accès à des espaces de travail de proximité, tout en permettant le maintien de la vie sociale des travailleurs à distance”.

Pérenniser les bienfaits du télétravail, tout en minimisant ses défauts : pour que le travail à distance perdure, sans que les télétravailleurs se sentent isolés, la fondation Travailler autrement propose de créer un “chèque bureau”. Afin de financer un télétravail qui ne se déroulerait ni dans l’entreprise ni au domicile du salarié.

Une trentaine de personnalités économiques, syndicales et politiques soutiennent cette proposition, parmi lesquelles l’ancienne ministre du Travail Myriam El Khomri, Benoît Hamon (Générations), Jean-Claude Mailly (ancien secrétaire général de Force ouvrière), Laurent Escure (secrétaire général de l’Unsa). Y figurent aussi plusieurs patrons, dont Sébastien Bazin (PDG du groupe Accor) et Véronique Bedague (directrice générale de Nexity).

“Le chèque bureau facilitera l’accès à des espaces de travail de proximité tout en permettant le maintien de la vie sociale des travailleurs à distance”, écrivent-ils dans une tribune, publiée dans le JDD du 20 juin 2021.

 

LIRE AUSSIAvec le télétravail, l’open space cédera-t-il la place aux espaces collaboratifs ?

 

Dans la ligne droite de l’ANI de novembre 2020

Le think-tank Travailler autrement (créé à l’initiative des groupes ITG, Alixio et IGS, mais également des syndicats, comme la CFDT et l’UGICT-CGT) rappelle que dans l’accord national interprofessionnel (ANI) du 26 novembre 2020, “les partenaires sociaux ont défini le cadre du télétravail, précisant notamment qu’il pouvait aussi s’exercer dans un tiers-lieu”, différent des locaux de l’entreprise.

“L’accord évoque également pour la première fois la nécessité de prévenir l’isolement professionnel que peut engendrer un télétravail mal organisé. Appuyons-nous sur cette avancée pour construire un droit nouveau qui remédierait aux nuisances du télétravail sans amoindrir ses bienfaits”, indiquent les auteurs de la tribune.

 

LIRE AUSSIÀ quoi ressembleront les bureaux après la crise du Covid

 

Un outil à l’image des tickets-restaurants, financé par l’État

“À l’image des tickets-restaurants ou des chèques vacances, financés par l’employeur et utilisables par le salarié, nous proposons un ‘chèque bureau’ universel avec lequel les salariés pourraient payer l’accès à un tiers-lieu ou un espace de coworking et utiliser ses installations”, ajoutent-ils.

La fondation Travailler autrement propose que ce dispositif soit “cofinancé par l’État et les collectivités locales pour permettre au salarié de travailler dans le bureau de proximité de son choix », qu’il soit “émis directement par l’employeur ou par l’intermédiaire d’une société spécialisée”. Et que le comité social et économique (CSE) des entreprises puisse participer au financement.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires