Management foule_floue_1

Mauvaise réputation : quel coût pour l’entreprise ?

, par Julie Tadduni

33 % des candidats français déclarent qu’ils refuseraient catégoriquement un emploi dans une société ayant une mauvaise réputation, quel que soit le supplément de salaire proposé. C’est ce que rapporte une enquête réalisée par LinkedIn.

La marque employeur est un enjeu considérable en matière de recrutement. Ainsi, plus d’un tiers des candidats français déclineraient un poste qui leur serait proposé au sein d’une entreprise dotée d’une marque employeur peu séduisante, quelle que soit la compensation salariale.

Un aspect qui peut coûter cher
Les résultats montrent que les candidats réclament un supplément salarial d’au moins 5 % pour travailler pour des entreprises dotées d’une marque employeur peu attractive. La facture peut monter à un supplément de 5 millions d’euros en moyenne par an pour une entreprise de 10 000 employés.

Quels freins ?
Parmi les principaux facteurs influençant les choix des candidats se trouvent :
– une entreprise où la sécurité de l’emploi est mise en question et qui a subi des pertes d’effectifs (49 %) ;
– des équipes dysfonctionnelles ou qui ont de mauvaises performances (41 %) ;
– moins de responsabilité et d’autonomie (37 %) ;
– peu d’opportunités de développement professionnel (32 %) ;
– une entreprise dont les employés ou les anciens employés parlent négativement (29 %).

gplus-profile-picture

Julie Tadduni
Journaliste Web et community manager pour Courrier cadres


Sur le même thème