Entreprise Télétravail

Télétravail : une tendance de long terme

, par Marie Roques

Selon une étude menée par Willis Towers Watson, les entreprises européennes prévoient que dans 3 ans, 29 % de leur effectif travaillera encore à distance.

La crise sanitaire que nous traversons a laissé place à l’adoption du télétravail massif et cette tendance ne devrait pas s’arrêter après la pandémie. Si aujourd’hui 39 % de l’effectif des entreprises européennes travaillent depuis leur domicile, près d’un tiers d’entre eux poursuivront cette pratique dans trois ans. Les résultats de l’enquête montrent également que si les salariés seront nombreux à retourner au travail quand les conditions sanitaires se seront améliorées, seulement 6 % des salariés des entreprises européennes étaient en télétravail il y a trois ans.

« L’essor soudain du travail à domicile deviendra un changement permanent, avec de nombreux avantages pour les entreprises comme pour leurs collaborateurs, explique Laurent Termignon, directeur de l’activité talent et rewards en France au sein de Willis Towers Watson France. Les entreprises constatent que des modalités de travail flexibles peuvent stimuler la productivité, attirer les talents et soutenir la diversité. Le défi pour les entreprises est maintenant de repenser la manière dont le travail est conçu et reconnu. »

 

A lire aussi : Télétravail : 83 % des cadres veulent continuer après la crise du Covid-19

 

Peu de préparation

On apprend également que 85 % des employeurs paieront les travailleurs à distance de la même façon que les salariés présents sur site, l’année prochaine. Plus loin, 39 % des employeurs disent ne pas se soucier de l’endroit où le travail est effectué.

En dépit de cette généralisation du télétravail, les entreprises sont globalement peu préparées. Ainsi, 14 % d’entre elles ont déclaré que leur organisation actuelle favorisait le développement de modes de travail flexibles et agiles, tandis que 30 % ont déclaré qu’elle ne le permettait pas du tout. Enfin, 34 % des employeurs n’ont toujours pas de politique officielle pour gérer les modalités de travail hybrides.

 

 

Marie Roques

Marie Roques
Rédactrice en Chef


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires