Entreprise jobsharing

Reconnaissance : plus de la moitié des salariés français insatisfaits

, par Julie Tadduni

54 % des salariés français estiment que la politique de reconnaissance menée dans leur entreprise n’est pas suffisante, selon une enquête réalisée par Fidal, l’Anact et Amplitude.

Plus de la moitié des salariés (54 %) s’estiment encore mal récompensés au travail. Ils ne sont que 9 % à considérer que la politique de leur entreprise fait ce qu’il faut en matière de reconnaissance.

 

Besoin de changement

Pour 57 % des répondants, la politique de reconnaissance peut être améliorée. Toutefois, ils ne sont que 13 % à anticiper un profond changement dans un futur proche.

 

Plusieurs formes de reconnaissance

Les entreprises mobilisent divers moyens de reconnaissance. 60 % privilégient la dimension monétaire (rémunérations, prime, etc.), 59 % celle organisationnelle (responsabilité, autonomie, promotion, …) et 27 % symbolique (cadeaux, médailles, célébrations, …).

gplus-profile-picture

Julie Tadduni
Journaliste Web et community manager pour Courrier cadres


Sur le même thème


Vos réactions (2)

  1. Lampin, le

    Pour l’employeur dont je suis salariée, aucune reconnaissance que cela soit monétaire, organisationnelles n’y symbolique ! Uniquement de la communication sur le développement, les résultats. Pas prise en compte de l’investissement dans le travail, l’épuisement à essayer de boucler les prises en charge et différences de traitement sans prise en compte de la qualification, de l’expérience et de l’investissement professionnel auprès des partenaires et de l’apport de connaissance autres que médico-social. Je ne crois pas que les choses vont évoluer favorablement, surtout avec la loi du travail. Mais bon les fourmis transpirent pour que les gestionnaires de frottent les mains. Ah la vie est belle !

  2. Reconnaissance : plus de la moitié des s…, le

    […] 54 % des salariés français estiment que la politique de reconnaissance menée dans leur entreprise n’est pas suffisante, selon une enquête réalisée par Fidal, l’Anact et Amplitude.Plus de la moitié des salariés (54 %) s’estiment encore mal récompensés au travail. Ils ne sont que 9 % à considérer que la politique de leur entreprise fait ce qu’il faut en matière de reconnaissance.  […]

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires