Carrière suise

Suisse : l’exigence à portée de job

, par Julie Falcoz

Au cœur de l’Europe, la Suisse offre de bonnes perspectives de carrière pour les cadres. Mais attention, si les salaires sont plus élevés, c’est parce que le coût de la vie sur place l’est aussi.

 
Petit pays propose belles opportunités pour travailler. S’il fallait écrire une petite annonce pour la Suisse, ce serait cette phrase. Parce que ce territoire de 41 285 km2, n’a pas assez de jeunes diplômés pour couvrir les besoins des entreprises. “Pour combler, c’est une immigration choisie, à la fois pour les métiers que les Suisses ne veulent plus exercer comme le BTP ou l’hôtellerie/restauration et pour des postes qualifiés”, analyse David Talerman, fondateur du site travailler-en-suisse.ch et auteur de Travailler et vivre en Suisse (aux éditions Gualino). Ce qui sous-entend de bonnes opportunités mais attention, le recruteur suisse n’en est pas moins exigeant. S’il ne trouve pas chaussure à son pied, il préférera laisser le poste vacant.

Que l’on se rassure, les intentions d’embauche sont quand même là : “Pour les cadres, elles concernent principalement les secteurs de l’assurance, l’informatique, la finance et la pharmacie”, précise Romain Hofer, porte-parole de Manpower Suisse. ”Depuis plusieurs années, on constate des carences de profils d’ingénieurs alors que le marché suisse est très pointu, le secteur de l’industrie étant fortement présent. Les services sont assez développés, ce qui nécessite des informaticiens spécialisés en digital, globalement plusieurs dizaines de milliers de postes sont à pourvoir”, explique David Talerman.

 

Grandes villes vs campagne

Le pays est divisé en trois grandes régions selon les langues parlées. À l’ouest, proche de la France, la Suisse romande, où le français est d’usage, “aussi connue pour l’horlogerie” précise Romain Hofer. La Suisse italienne, ou l’italien règne, n’est pas forcément constituée de beaucoup d’entreprises internationales mais plutôt d’industries, “c’est une région assez particulière”, tranche-t-il. Enfin, la Suisse alémanique, où les habitants parlent le suisse-allemand, concentre majoritairement des entreprises orientées à l’international, avec de grandes structures. “La région zurichoise est le berceau du digital et de la fintech. Le monde bancaire genevois d’aujourd’hui sera à Zurich demain”. Quand vous pensez Suisse, les villes de Zurich, Genève ou Bâle vous viennent à l’esprit. Mais il serait dommage de se limiter aux grandes villes selon David Talerman : “Les opportunités d’emploi se cachent partout. Il y a des pépites dans des coins moins connus, des cantons truffés de PME, parfois ultra innovantes, ou qui sont leaders sur leur marché. Il y a une richesse d’emplois et de technicité dans tout le pays”. Parmi les entreprises suisses, 89,8 % sont des PME. Elles représentent 70 % des emplois.

Ces régions impliquent forcément de parler la langue concernée, en plus de l’anglais, “le minimum syndical”, selon David Talerman. Attention, ce n’est pas parce qu’une partie des habitants parle notre langue que nous fonctionnons de la même manière. C’est une culture différente et donc une façon de travailler et de manager qui n’est pas la nôtre. Par exemple, privé et professionnel ne se mélangent pas, “c’est une question de lieux et de moments”, précise David Talerman. Il faut également savoir que les habitants sont consultés, tous les trimestres, sur des questions touchant à la ville ou au canton. “C’est pareil dans les entreprises. Un chef d’équipe demande toujours l’avis de ses collaborateurs avant de prendre une décision”, prévient-il.

Tous les moyens sont bons pour candidater dans des entreprises suisses mais le réseau a son importance. En ligne, c’est LinkedIn qui remporte tous les suffrages et Xing pour la partie alémanique. “Identifiez les personnes que vous connaissez qui travaillent dans des entreprises suisses. C’est un point d’entrée pour prendre des informations, se renseigner sur les besoins des entreprises. C’est pertinent même s’il n’y a pas de job à la clé tout de suite”, conseille David Talerman. Dans la vraie vie, réseauter signifie participer à des événements, pouvoir échanger avec des personnes ciblées à qui on peut montrer son intérêt. Quelques job boards sont incontournables comme jobup.ch pour la Suisse romande ou indeed.ch. Sans oublier qu’il ne faut pas négliger le papier pour les annonces de certaines institutions publiques. “Pour une candidature spontanée, il faut extrêmement bien cibler les entreprises, avec une pointe d’originalité comme une analyse un peu poussée de l’entreprise, ou carrément une vraie proposition. Tout en s’adressant à la direction ou aux responsables de services, moins aux services RH”, révèle Romain Hafer.

 

Le mythe des salaires

“Les salaires très élevés de la Suisse sont un peu un fantasme. Il ne faut pas oublier que la vie y est chère selon où l’on se trouve (loyer, assurance maladie à payer… Ndlr), alerte David Talerman. Certes, la proposition peut paraître très importante par rapport aux chiffres français mais il faut plutôt se référer aux tarifs nationaux”. En 2016, le salaire mensuel médian suisse était de 6 502 francs suisses (environ 5 629 euros) mais il peut y avoir de grandes différences selon le secteur. La finance, l’industrie pharmaceutique ou le tabac sont réputés pour payer généreusement, contrairement à l’hôtellerie-restauration ou le commerce de détail, variant de 4 825 à un peu plus de 12 302 francs suisses par mois (de 4 179 à 10 656 euros). “Pour moi, un cadre supérieur gagne en moyenne un peu moins de 10 000 francs suisses par mois (environ 8 662 euros, Ndlr)”, ajoute Romain Hafer. Un conseil ? Même si vous pouvez vous permettre de répondre “je vous laisse me faire une proposition” à la question des salaires, alors que vous n’êtes pas encore installé, ayez quand même une idée des grilles tarifaires, pour ne pas vous faire avoir.
 
 

Julie Falcoz
Journaliste


Sur le même thème

S’expatrier, mode d’emploi : quid de la scolarisation des enfants ?

, par La Rédaction

Le 30 mars à Paris, la Cité universitaire accueillera le salon S’expatrier, mode d’emploi, organisé sous le haut patronage du secrétariat d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger. Partenaire de l’événement, Courriercadres.com vous propose chaque semaine de faire le point sur différentes problématiques de l’expatriation. Aujourd’hui, quelques pistes concernant la scolarité de vos enfants.


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires