Carrière inegalite-femmes-homme

Egalité salariale : des mesures insuffisantes pour 4 salariés sur 5

, par Marie Roques

Alors que les entreprises de plus de 50 salariés peaufinent la publication de leur index pour l’égalité professionnelle, Glassdoor estime que 62 % des salariés en France n’ont vu aucun impact de cet indice sur leur lieu de travail.

 

Si les choses tendent indéniablement à s’améliorer, seul un travailleur français sur deux estime que son entreprise fournit des efforts pour lutter contre les écarts de rémunération entre femme et homme. C’est du moins ce que nous apprend la dernière étude publiée par Glassdoor.
Autre enseignement intéressant, le manque de transparence en matière de rémunération continue de désavantager les salariées françaises. Ainsi, 44 % d’entre elles déclarent ne pas être rémunérées équitablement pour leur travail, contre 33 % des hommes.

A lire aussi : Égalité femmes – hommes : les 5 grandes entreprises aux instances dirigeantes les plus féminisées

On constate également que le tabou autour de la transparence des salaires en France est encore très vivace. Ainsi, 46 % des travailleurs interrogés par Glassdoor estiment que leur entreprise est transparente sur le sujet.

Dans le cadre de cette étude, les participants ont également été interrogés sur le phénomène de Grande démission afin de savoir s’il pouvait constituer une aubaine pour l’emploi et aussi les salaires des femmes. Sur ce point, 53 % des salariés interrogés pensent que changer de travail est le seul moyen pour renégocier leur salaire dans l’année à venir. Ainsi, ils cherchent et postulent à des offres qui leur permettent de faire un bond sur la grille salariale.

 A lire aussi : Les inégalités professionnelles perdurent pour les femmes cadres

« L’égalité est une question de plus en plus importante sur le marché du travail français, mais notre enquête montre que les salariées sont toujours désavantagées devant la négociation salariale. Les initiatives françaises en matière d’égalité professionnelle en entreprise ont permis de belles avancées : congé paternité allongé, loi Copé-Zimmermann pour la représentation des femmes aux boards, et dernièrement la Loi Rixain de décembre 2021 sont autant d’incitations fortes pour faire évoluer le monde de l’entreprise. Il y a fort à penser que 2022 sera également à la fois une année majeure pour le turn-over et un point d’inflexion en matière de diversité, équité et inclusion au travail”, analyse Jill Cotton, spécialiste en tendance de carrière chez Glassdoor.

 

Marie Roques

Marie Roques
Rédactrice en Chef


Sur le même thème