Carrière Mature,Businessman,With,Smartphone,Travelling,By,Train.

Quitter Paris : les 4 questions à se poser avant de partir

, par Eve Mennesson

La crise du Covid-19 a donné des envies d’ailleurs aux cadres franciliens. Mais avant de partir sur un coup de tête en pensant trouver le paradis ailleurs, mieux vaut s’assurer que sa nouvelle région d’élection correspond bien à ses attentes et à ses besoins, aussi bien personnels que professionnels.

Les confinements et couvre-feux qui ont ponctué l’année 2020 ont réveillé chez les Parisiens leur envie d’ailleurs. Entre ceux qui se sont retrouvés coincés dans leur deux-pièces sans balcon et ceux qui ont expérimenté la vie à la campagne en allant se réfugier dans une maison familiale, le constat est le même : l’herbe est plus verte loin de la Capitale.

Une étude réalisée par le site Paris Je Te Quitte révèle que depuis l’été dernier, 42 % des Franciliens veulent s’installer dans une autre région (1). Mais si les autres territoires offrent effectivement de nombreux avantages, il ne faut pas pour autant les mettre sur un piédestal. Gare aux désillusions !

En effet, les prix de l’immobilier plus accessibles ne sont permettent pas forcément de trouver la maison de ses rêves ; le coût de la vie est moins important, mais les rémunérations aussi ; les villes de “province” sont tout autant polluées que la capitale ; les perspectives de carrière sont moins grandes ; et il n’est pas toujours facile de renouer des relations amicales de zéro.

Voici donc 4 questions à se poser impérativement, avant de partir :

 

1/ Quelles sont mes motivations profondes de quitter Paris ?

“Quitter Paris sur un ras-le-bol ne tient pas la route sur la longueur. Il faut identifier ses motivations, ses aspirations, ses valeurs, ses points de vulnérabilité, le style de vie qu’on désire avoir et se demander pourquoi on part et pour quoi”, énumère Valérie Bauhain, fondatrice du podcast Ciao Paris.

 

2/ Où en suis-je professionnellement ?

Jean-Yves Pineau, directeur de l’association Les Localos, qui accompagne les démarches de développement local, estime qu’une migration est l’occasion de se reposer des questions vis-à-vis de sa vie professionnelle : “Il faut se demander quelles sont ses compétences, ses besoins en formation, les possibles reconversions, le sens que l’on souhaite donner à son travail”

 

LIRE AUSSITravailler au vert : “l’impact du Covid sur les mobilités géographiques est palpable”

 

3/ Qu’en pensent les autres membres de ma famille ?

Si on ne part pas seul, les autres membres de la famille devront aussi se plier à ces séances de questionnement sur leurs motivations.

 

4/ Que sais-je concrètement du nouvel environnement où je vais m’installer ?

“Ce n’est pas simple si c’est très différent de son territoire de départ. Il s’agit de se renseigner via son réseau personnel, le Web, des contacts avec des gens sur place en posant des questions concrètes”, conseille Yves Deloison, journaliste, auteur et conférencier spécialiste des questions de mobilités.

Il faut bien sûr également se rendre sur place : Adrien Pépin, fondateur du site PartirDeParis, conseille de s’y rendre en été comme en hiver, les week-end et en semaine pour découvrir les réalités du territoire.

 

LIRE AUSSILes 30 villes les plus attractives et pourvoyeuses d’emploi en 2021

 

(1) Dans le top 3 des régions qui séduisent le plus les franciliens, on retrouve la Nouvelle Aquitaine (31 %), la Bretagne (21 %) et Provence Alpes Côte d’Azur (18 %)

 

Avatar

Eve Mennesson


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires