Actualités shutterstock_610938071

Vers des changements durables de l’organisation du travail ?

, par Mathilde Seifert

Les espaces de coworking ou jours de télétravail avaient déjà le vent en poupe avant la crise, les salariés étant demandeurs d’une nouvelle organisation du bureau. Mais aujourd’hui plus que jamais, les modes de travail et les usages risquent durablement de se transformer.

Le spécialiste du coworking français, Morning Coworking, a lancé une étude dans le but de dresser un bilan des conditions de travail à domicile des coworkers mais également dévoiler leurs attentes sur une nouvelle organisation du travail. La majorité quasi totale, 99 %, des interrogés ont déclaré que le télétravail imposé avait bousculé les habitudes et les modes de travail.

Entre l’isolement provoqué par le travail à distance, les conséquences directes sur la productivité des équipes mais également certaines mauvaises installations ou manque d’ergonomie, le télétravail a révélé des inconvénients. Malgré les derniers points négatifs évoqués, le travail à distance semble avoir séduit une majorité d’employés. 97 % des interrogés seraient favorables à la continuité du télétravail chez eux. Parmi eux, un peu moins de la moitié serait d’avis de télétravailler au moins plusieurs jours par semaine.

 

À lire aussi : L’après Covid-19 : “le choix du télétravail sera désormais totalement libre”

 

Un changement profond

Ce n’est maintenant plus une nouveauté, il y aura un avant et un après-coronavirus. 61 % des salariés déclarent que les espaces de travail seront modifiés à jamais par cette crise. Pour le même nombre de répondants, la vie au bureau se retrouvera durablement modifiée. Les travailleurs souhaitent voir leurs espaces de travail portés par une nouvelle dynamique. 1 coworkers sur 2 souhaite avoir, à l’avenir, plus d’espaces collaboratifs dans leurs bureaux.

Cette même étude démontre qu’une transformation des modes de travail est souhaitée. 40 % des dirigeants ayant répondu souhaitent mettre en place du flex office, c’est-à-dire l’absence de bureau attitré sur le lieu de travail. Au regard de ces envies, la question de la superficie des bureaux et son optimisation en fonction des besoins se posent. En effet, la moitié serait d’avis à demander à leurs hiérarchies des accès nomades à des espaces de coworking.

 

Avatar

Mathilde Seifert


Sur le même thème