Management manager_cartesien_courriercadres

Un mauvais management peut saper la productivité des salariés

, par Fabien Soyez

Selon une étude d’ADP, les salariés français citent le manque de personnel et le mauvais management comme les deux principaux freins à leur productivité.

 

“Les problèmes de moyens humains et de management sont les principaux obstacles à la productivité”, selon une étude menée par ADP auprès de 1 410 salariés français, dans le cadre de l’enquête Workforce View in Europe 2019.

Selon l’étude, 73 % des Français identifient “de nombreux problèmes” qui gênent leur production au travail. Dans le détail, le manque de personnel est, pour 23 % des répondants (+ 3 points par rapport à 2018), le principal frein à leur productivité, et 21 % citent ensuite le mauvais management (+ 1 point). Viennent ensuite une “technologie lente et inefficace” (20 %), un trop grand nombre de réunions (20 %), des “process inefficaces” (18 %), le stress au travail (17 %), et la distraction causée par les collègues (14 %).  “Contre toute attente, à l’ère de la dépendance numérique, le smartphone et l’accès aux réseaux sociaux semblent ne représenter qu’un problème de productivité mineur (4 %)”, note ADP.

 

“Les managers doivent faciliter la productivité”

Au niveau international, un quart (23 %) des Européens déclarent qu’un “management déficient” est ce qui sape essentiellement la productivité (+ 4 points). Il s’agit de la principale entrave à leur production. “Ce sont les dirigeants et les managers qui doivent définir la charge de travail et des attentes réalistes, tout en s’assurant que leurs collaborateurs disposent des ressources et du soutien nécessaires pour être productifs et exprimer leur potentiel. C’est pourquoi la formation des managers est primordiale afin qu’ils deviennent de véritables atouts au sein de leurs équipes, pour faciliter la productivité et non la freiner”, commente Carlos Fontelas de Carvalho, président d’ADP France et Suisse.

“La productivité étant une mesure si importante du potentiel et de la réussite d’une entreprise, les employeurs doivent investir dans le recrutement et la formation de managers qui deviendront de véritables atouts au sein de leurs équipes, en vue de faciliter la productivité et non de l’entraver. Cela peut faire toute la différence et constituer un véritable tournant”, note aussi le cabinet dans son étude.

 

Les jeunes, stressés et distraits par leurs collègues

“Les questions de productivité sont les plus problématiques dans le secteur des services financiers où seulement 14 % des salariés se sentent productifs au travail, suivis par ceux du BTP et de l’industrie (15 % chacun)”, note ADP. D’après l’étude, 32 % des salariés de la finance “se plaignent du nombre de réunions”, 28 % d’un “trop-plein d’emails internes”,(28 %), et 22 % de “coups de téléphones incessants”. À noter que les informaticiens mettent sur le compte des e-mails externes qu’ils reçoivent en abondance (22 %) leur moindre productivité.

Manque d’expérience ou signe d’un besoin plus important de confort au travail, ce sont les plus jeunes qui déclarent le plus être freinés dans leur productivité. Ainsi, seuls 7 % des moins de 24 ans déclarent qu’ils n’ont ”aucune barrière” à leur production au bureau, contre 40 % des plus de 55 ans. Ces jeunes de la génération Z se sentent le plus pénalisés par des technologies lentes et inefficaces (25 %) et déclarent aussi être distraits par leurs collègues (20 %). Enfin, ils signalent le stress (20 %), comme facteur perturbant leur productivité.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Vos réactions (1)

  1. Denis Rinzivillo, le

    Encore faudrait il que les manager soient choisis pour leur « compétences managériales » et non pour leurs aptitudes serviles à passer des directives « indigestes » pour ne pas dire autre chose, et pour servir éventuellement de « fusible » ! ! ! Situation vécues a de nombreuses reprises pendant ma carrière de manager ! ! ! et toujours d’actualité aujourd’hui . Il faudra un jour arrêter de promouvoir l’intéret d’une minorité « friquée » au détriment du plus grand nombre .

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires