Management Abstract,Tech,Background.,Floating,Numbers,Hud,Background.,Matrix,Particles,Grid

Management quantique : “Même s’il y a un risque d’échec, laisser les choses se faire augmente les chances de succès”

, par Fabien Soyez

Nouvelle pratique en vogue, le management quantique, ou quantum team management, s’inspire des principes de la mécanique quantique pour rendre la gestion des équipes plus efficace et empathique. Au programme : des équipes plus autonomes, un manager plus responsable et bienveillant, et une performance “humanisée”.

Le concept du “quantum team management” a été inventé en 2016 par James Everingham, responsable de l’ingénierie chez Instagram. Ce développeur a eu l’idée de “concevoir un système de management proche du système d’exploitation d’une machine” : avec des “points de décision minimes” et beaucoup d’autonomie.

Partant du principe que “les membres d’une équipe sont imprévisibles”, il a appliqué au management les principes de la mécanique quantique. Ce qui lui aurait permis de “trouver des solutions à des problèmes apparemment insolubles”, et de “générer un saut de productivité et de bien-être” autour de lui.

 

Relâcher son emprise

Premier principe : la superposition quantique. Selon cette théorie, quand l’état d’un objet est inconnu, celui-ci existe simultanément dans tous les états possibles. Au contraire, dès que quelqu’un l’observe, il se “fige”.

Plutôt que d’intervenir dans les projets de ses collaborateurs, “ce qui a pour effet de limiter le nombre de résultats possibles, donc les chances de succès”, le manager quantique leur fait confiance. “Même s’il y a un risque d’échec, il laisse les choses se faire”. Il interfère le moins possible. “En relâchant votre emprise, vous constaterez d’ailleurs que la moitié du temps, vos idées sont moins bonnes que celles de vos collaborateurs”, remarque James Everingham.

 

Faire preuve de responsabilité

En se basant sur une autre théorie, l’intrication quantique qui veut que des particules soient liées entre elles-mêmes à des distances très éloignées, James Everingham conseille aussi aux managers de concevoir chacune de leurs actions comme “susceptibles d’avoir des impacts” sur leurs équipes.

Aux managers, donc, de “faire preuve de responsabilité pour rendre leurs employés plus responsables”, d’être davantage bienveillants pour les engager davantage, et “d’encourager les gens à apprendre à se connaitre” au travers d’événements de groupe, pour créer un esprit d’équipe.

 

“Humaniser la performance”

Muguette Bruneau, hypno-thérapeute et ancienne chef d’entreprise, fait de son côté la promotion d’un “management quantique” dont le but est “d’humaniser la performance”. Selon elle, “la mécanique quantique nous explique que tout ce qui compose l’univers est relié”.

Grâce à des techniques issues des neurosciences, le manager quantique essaie de faire preuve de davantage d’empathie, afin de “mieux communiquer et d’emmener plus facilement ses équipes derrière lui”. Il “analyse ses propres mécanismes afin de les modifier, ce qui modifie ensuite ce qui se passe autour de lui”.

Enfin, le manager quantique apprend à gérer ses émotions afin de faire preuve d’une plus grande intelligence émotionnelle. “Ainsi, il lève les angoisses et motive ses collaborateurs plus efficacement”, conclut Muguette Bruneau.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires