Management hulu2

3 innovations managériales inspirantes découvertes aux 4 coins du globe

, par Fabien Soyez

Deux étudiants de l’EM Lyon ont fait le tour du monde, à la découverte d’innovations managériales. De retour en France, ils partagent avec nous leurs fraîches connaissances.

 
En 2016, un étudiant de l’Edhec et un autre de l’EM Lyon décident d’aller à la rencontre d’entreprises appliquant les théories managériales innovantes qu’ils découvrent à l’école. Pendant 6 mois, ils visitent une trentaine de sociétés, dans 12 pays. Ainsi naît l’association « Les baroudeurs de l’innovation managériale ». Désormais, chaque année, soutenu financièrement par Orange, Vinci Facilities ou encore Moodwork, un binôme part ainsi de par le monde, afin de découvrir sur le terrain les pratiques innovantes d’entreprises à la culture souvent différente de la nôtre.

Même si les entreprises françaises innovent aussi dans le domaine du management, « très peu sont vraiment passées de la parole aux actes, comme l’ont fait celles que nous avons croisé lors de notre voyage. L’idée en partant à l’étranger, c’est aussi de pouvoir nous inspirer de pratiques auxquelles nous n’aurions pas forcément pensées, car éloignées de notre culture », expliquent Matthieu Vandermersch et Cassandre Verriest – de retour en France depuis janvier 2019. Avant qu’un autre duo de « baroudeurs » parte, ces deux étudiants de l’EM Lyon ont accepté de partager avec nous 5 façons de repenser le management, découvertes aux 4 coins du globe durant leur périple.

baroudeurs1

 

Faire du collaborateur un héros – Mindvalley, Malaisie

À Kuala Lumpur, Vishen Lakhiani, fondateur de Mindvalley, une entreprise spécialisée dans l’éducation en ligne, a mis en place dans son organisation un façon de manager différente, moins pragmatique, mais axée sur la démystification de la relation manager-managé. Objectif : attirer et retenir les talents du monde entier, mais aussi malaisiens – « qui ont tendance à partir en Europe ou aux Etats-Unis », explique Matthieu Vandermersch.

Afin d’augmenter l’engagement de ses 200 collaborateurs, d’une quarantaine de nationalités différentes, Mindvalley a ainsi créé une culture managériale autour des super héros et des soft skills. Dès le recrutement, les CV et les lettres de motivation ont été bannis : à la place, les candidats se filment, parlent de leurs aspirations personnelles, et de la façon dont l’entreprise peut s’y inscrire. « Les postulants sont libres de se mettre en scène comme ils le veulent, de montrer qui ils sont, d’une façon plus ‘vraie’ que dans une lettre de motivation. Ainsi, le recruteur peut-il percevoir à la fois les compétences techniques et les savoir-être. Quant au candidat, il arrive à son nouveau poste en sachant qu’il peut être lui-même », note Cassandre Verriest.

À destination des salariés en poste, l’entreprise malaisienne a créé une plate-forme interne sur laquelle chacun peut remercier ou féliciter l’autre pour son travail, en lui envoyant des « badges numériques » à l’effigie de superhéros, avec un petit mot personnalisé. « Dans beaucoup de sociétés, on porte encore un masque, on tait nos émotions, ainsi que la reconnaissance que l’on peut avoir de ses collaborateurs. En mettant ce site en place, le nombre de feed-back constructifs a été décuplé chez Mind Valley, ce qui a considérablement amélioré le climat social et la motivation des salariés », note Matthieu Vandermersch. Quant au manager, son rôle n’est plus de simplement gérer une équipe, mais aussi de « révéler le super-héros qui se cache en chacun de ses collaborateurs ».

LIRE AUSSI :

Reconnaissance au travail : “les managers ont peur d’ouvrir la boîte de Pandore”

 

 

« Employeneurship » et side-projects – TMC, Pays-Bas

Proche de l’intrapreneuriat, le side-project consiste à mener des projets créatifs en parallèle de son travail. Et les entreprises ont tout intérêt à laisser leurs employés le faire, et même à les y encourager, afin de booster leurs performances. C’est ce concept, venu de la Silicon Valley, que le cabinet de conseil en génie civil TMC, basé à Eindhoven a revisité pour créer celui de « l’employeneurship » – ou l’idée qu’un salarié peut « réfléchir et agir comme un entrepreneur en bénéficiant de la sécurité d’un contrat à durée indéterminée ».

Concrètement, l’employeur néerlandais assure une stabilité financière à ses salariés (avec un CDI), tout en leur offrant le cadre nécessaire pour entreprendre en toute sécurité, et créer leur propre start-up (déconnectée de l’entreprise). « TMC mise beaucoup sur la différenciation de chacun et pour eux, c’est l’esprit entrepreneurial corrélé au développement personnel qui crée la différenciation positive, et donc la qualité du travail effectué », indique Cassandre Verriest.

« L’employeneur » (un collaborateur qui devient entrepreneur tout en restant dans son organisation, donc) est soutenu financièrement et techniquement par son entreprise, et peut même obtenir l’autorisation de travailler à mi-temps, tout en gardant son salaire de base. « TMC ne prend, étonnamment, jamais part dans les start-ups créées. Pour elle, ces jeunes pousses, c’est du réseau, ce sont des gens qui vont devenir ses ambassadeurs en interne et autour d’eux. La fidélisation des employés passe par leur valorisation et leur épanouissement personnel, que favorise ce système », explique l’étudiante de l’EM Lyon. Un programme de « coaching professionnel » permet en outre à chacun de développer ses compétences personnelles. « Il s’agit d’une formation continue des collaborateurs sans en être une, car ils sont autonomes et développent des compétences clés pour leur entreprise », conclut Matthieu Vandermersch.

LIRE AUSSI :

Side-project : quand les salariés mènent des projets à côté de leur travail

 
tmc

 

Bien-être, intégration et épanouissement des salariés – Hulu, Etats-Unis

Afin de se démarquer de ses concurrents Netflix et Amazon Prime, la plateforme américaine de vidéo à la demande Hulu veut stimuler la créativité de ses 2 500 collaborateurs, et les fédérer autour d’un projet d’entreprise fort – divertir les spectateurs et offrir une alternative à la télévision traditionnelle. « La société a d’abord créé un environnement de travail et une organisation qui favorisent l’interaction entre les salariés et leur épanouissement : plus de bureaux, mais un espace de coworking pour que tout le monde travaille ensemble ; des horaires flexibles et du télétravail à la demande.  Se dégage alors un sentiment de liberté et de responsabilité qui a un impact positif sur leur engagement », décrit Matthieu Vandermersch.

Hulu mise beaucoup sur l’intégration de chacun. Au moment de son arrivée dans l’entreprise, le collaborateur est pris en photo lors d’un shooting professionnel, durant lequel il est libre de se mettre en scène autour de ses centres d’intérêts. « La photo est ensuite affichée dans les locaux de l’entreprise, au milieu de celles de tous les autres salariés, afin de permettre à ceux qui ont des passions communes de se réunir », note Cassandre Verriest. Pour entretenir un climat de bonne humeur en interne, Hulu organise aussi, tous les ans, un programme créatif et festif, lors d’Halloween. « La société offre la possibilité aux collaborateurs de re-designer complètement les locaux de l’entreprise – avec un budget, en équipes. Cela permet de développer chez les salariés de nouvelles compétences concrètes (soft skills et hard skills) et leur créativité, de renforcer la cohésion, de participer à leur épanouissement, et de les engager autour de valeurs communes », conclut Matthieu Vandermersch.

LIRE AUSSI :

Quand le bien-être au travail se positionne comme un levier de recrutement et de fidélisation incontournable

 
hulu

 

Top départ de la 4e édition des « baroudeurs »

Matthieu Vandermersch et Cassandre Verriest animent actuellement de nombreuses conférences en France, durant lesquelles ils partagent leurs découvertes. Ils ont passé le flambeau à deux étudiantes de l’EM Lyon, qui partiront bientôt à leur tour à la découverte d’entreprises innovantes en matière de management – du Costa Rica à l’Islande, en passant par l’Inde et l’Argentine. Ils partageront bientôt avec nous leurs trouvailles, tandis que Matthieu et Cassandre continueront à nous présenter de nouvelles innovations. À suivre !
 
 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires