Management intrapreneur

Managers, devenez intrapreneurs !

, par La Rédaction

J’ai déjà eu l’occasion de différencier l’entrepreneurship, du leadership et du management. Mais qu’en est-il de l’intrapreneurship ? La fonction de manager n’a plus de limites, c’est à croire que vous allez devoir cumuler toutes les compétences comportementales d’excellence qui constitueraient l’être humain idéal. Par Emmanuel Toniutti, fondateur de l’International Ethics Consulting Group.

Si l’entrepreneurship consiste à prendre sa vie en main pour la modeler librement et si le leadership est la capacité à se mener soi-même et les autres, l’intrapreneurship se définit comme la possibilité de prendre sa vie en main à l’intérieur de l’entreprise. Cette dimension appelle à beaucoup de confiance en soi mais elle demande également beaucoup de confiance de la part de la hiérarchie vis-à-vis du manager. “Je te donne ma confiance, je te demande d’être le plus créatif possible, je te donne un budget que tu ne dois pas dépasser et je vérifie avec toi les possibilités de développement et de gestion que tu envisages”. Autrement dit, tu es libre d’agir pour prendre les bonnes décisions dans un cadre préalablement défini. Jusque-là, tout cela semble le bon sens nécessaire à la bonne gestion et au bon développement de l’entreprise.

La différence entre l’entrepreneur et l’intrapreneur vient de ce que l’entrepreneur n’est limité que par lui-même alors que l’intrapreneur est limité par un autre (actionnaire, hiérarchie…). L’entrepreneur est libre et ne rend des comptes qu’à lui-même. Or aujourd’hui, l’entreprise laisse croire à l’intrapreneur qu’il est libre alors qu’il ne l’est pas vraiment. Il reste “contrôlé”, ce qui paraît la moindre des choses lorsqu’il s’agit de rendre des comptes à des investisseurs.

 

Horizons insoupçonnés

Dans ce contexte, quelles sont donc les compétences attendues pour l’intrapreneurship ? La maturité, la responsabilité, le courage, la passion, la confiance et l’obéissance. Tout un panel de vertus qui ne vient pas naturellement mais qui demande à être travaillé, mûri, réfléchi et expérimenté. Combien de temps l’entreprise dédie-t-elle à la formation de ses futurs intrapreneurs ? Combien de temps, vous managers, consacrez-vous au développement de votre liberté, de votre créativité et de votre capacité à rendre des comptes ? Il y a là un paradoxe car “preneurship” signifie prendre sa vie en main en étant libre ou pour devenir libre. L’entrepreneur le fait de l’extérieur de l’entreprise, l’intrapreneur à partir de l’intérieur de l’entreprise. Pouvons-nous toutes et tous devenir l’un ou l’autre  ? Tout le monde a la capacité à prendre sa vie en main si elle, ou il, agit dans le domaine de compétence dans lequel elle, ou il, excelle. Si ce n’est pas le cas, la tâche est impossible à réaliser. Si c’est le cas, la porte s’ouvre vers de nouveaux horizons jusque-là insoupçonnés.

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires