Entreprise Stress travail

Stress : un mal qui pousse 3 salariés sur 10 à vouloir changer de travail

, par Julie Tadduni

En Europe, un salarié sur cinq souffre de stress au quotidien, selon l’étude The Workforce view in Europe 2018 réalisée par ADP.

34 % des salariés européens déclarent que leur employeur s’intéresse peu ou pas du tout à leur bien-être psychologique, malgré le fait que près d’un cinquième (18 %) se déclarent stressés au quotidien et que pour près d’un tiers (30 %), cela les pousse à chercher un nouvel emploi.

 

Pression sur les jeunes

Ce sont les 16-34 ans que le stress pousse le plus à trouver un nouveau job (37 %), tandis que la tendance est moindre chez les plus de 55 ans (17 %). Les salariés italiens sont les plus sous pression en Europe (40 % contre 20 % en Suisse). Côté secteur, on constate que les plus stressés travaillent dans la vente au détail, la restauration et les loisirs (35 %), ou encore dans les services professionnels (32 %).

 

À lire sur le sujet : Hyperstress : près d’un quart des salariés touchés

 

Quid de l’employeur ?

Évidemment, il existe de fortes disparités selon les pays. Ainsi, les collaborateurs polonais sont ceux qui se sentent le moins soutenus par leur entreprise. Près de 6 sur 10 (59 %) affirment ainsi que leur employeur s’intéresse peu ou pas du tout à leur bien-être psychologique). En revanche, 65 % des salariés des Pays-Bas affirment que leur management est attentif à leur bien-être en la matière.

 

gplus-profile-picture

Julie Tadduni
Journaliste Web et community manager pour Courrier cadres


Sur le même thème


Vos réactions (2)

  1. Valmar, le

    L’absence de cohésion et une routine peuvent aussi inciter à changer d’entreprise.

  2. aden briane, le

    Oui effectivement la pression sur les jeunes est réellement accentuée, la raison en est simple le capitalisme.
    Les employeurs ne s’intéresse qu’au résultat qui doit être toujours en progression plus simplement il faut faire des chiffres d’où vient la pression.
    Surtout au niveau des jeunes car selon eux ( les employeurs) ces derniers sont plus aptes à faire des efforts puisqu’ils sont encore jeune et qu’ils sont encore en pleine forme et plein de force de travail, ce qui nous mène en quelque sorte à une exploitation des ressources humaines.

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires