Entreprise escape-game

Recrutement et escape game : un duo gagnant ?

, par Camille Boulate

De plus en plus d’entreprises misent sur des outils de recrutement décalés, comme l’escape game. Pour les recruteurs, il s’agirait d’un moyen efficace pour analyser les compétences et les savoir-être des candidats. Décryptage

 

L’entretien de recrutement classique serait-il à mettre aux oubliettes ? Avec les nouvelles technologies qui se multiplient et les entreprises qui font évoluer leur process d’embauche, c’est une hypothèse qui ne semble pas si farfelue. En effet, les employeurs sont de plus en plus nombreux à organiser des événements décalés pour recruter, notamment en misant sur des escape game. Le principe est simple. Il consiste à réunir plusieurs candidats – entre 4 et 5 généralement – qui devront résoudre en équipe une ou plusieurs énigmes en un temps donné.

“Les entreprises peuvent simplement privatiser une salle dans un établissement spécialisé ou bien concevoir leurs propres scénario avec des énigmes inédites. Cela dépend de ce qu’elles recherchent mais aussi du budget qu’elles sont prêtes à mobiliser”, analyse Hugo Avale, co-fondateur de Neojobs, agence spécialisée en marque employeur.

La Société Générale, Groupama, Orange, Natixis Assurances, BNP Paribas ou encore Accenture, les exemples ne manquent pas et toutes les grandes entreprises semblent adopter cette nouvelle façon de recruter. Mais que recherchent-elles réellement ? “C’est avant tout pour attirer les talents, insiste Hugo Avale. Mais la gamification permet aussi de faire ressortir certaines compétences, notamment les soft-skills.” L’intérêt pour les recruteurs est également de pouvoir analyser les comportements qui vont émerger en situation de stress.

“Les mécaniques de jeu sont là pour mettre les personnes dans diverses conditions psychologiques. Rapidement, le recruteur va repérer le candidat stressé, celui qui se mettra en retrait ou au contraire celui qui prendra le dessus”, explique Hugo Avale.

En revanche afin d’éviter que le candidat soit dans une posture anxiogène au moment de la session, il est essentiel de lui avoir bien expliqué le process en amont.

“Dans le cas contraire, ce serait une situation ‘perdant-perdant’ : ce n’est pas bon pour le candidat qui aura vécu une mauvaise expérience et donc cela impactera forcément la marque employeur”, insiste Hugo Avale.

escape game

Se faire connaître

Mazars, spécialisé dans l’audit, la fiscalité et le conseil, a choisi d’utiliser l’escape game avant tout comme un outil pédagogique et de sensibilisation plutôt que comme une manière de sélectionner les candidats. “Ils ne sont pas bêtes : s’ils savent que c’est un outil de sélection, ils ne vont pas se comporter de la même manière. L’exercice a donc ses limites”, estime Mathilde Le Coz, directrice développement des talents et innovation RH chez Mazars.

“L’escape game n’est pas une recette miracle. Lorsqu’un candidat est bien préparé, il peut en effet réussir à faire bonne figure”, admet Hugo Avale.

C’est pour éviter ces écueils que Mazars a élaboré un escape game afin de valoriser sa marque employeur, notamment auprès des étudiants.

“Nous avons organisé un événement dans nos locaux où l’on a invité 80 ingénieurs en cours de formation. Le but était de leur faire découvrir nos différents métiers par l’intermédiaire du jeu. Concrètement, ils avaient des énigmes à résoudre, basées sur un scénario adapté à notre entreprise et qui étaient toutes en lien avec l’une de nos activités”, détaille Mathilde Le Coz.

Pour la société, le succès fut au rendez-vous. Car si cette initiative n’avait pas pour objectif de recruter de nouveaux collaborateurs, un certain nombre de participants avaient naturellement apporté leur CV. “Cela nous a permis d’identifier les étudiants qui étaient curieux et intéressés pas l’entreprise. Ce fut une façon pour nous de détecter des talents potentiels.”

Si sur le papier, ce type d’outils peuvent être déployés par n’importe quelle entreprise pour dénicher tous types de talents, il y a un certain nombre d’aspects à ne pas négliger et à avoir bien en tête pour que cela soit efficace.

 

Support de discussion

D’abord, si vous souhaitez utiliser l’escape game pour recruter de nouveaux collaborateurs, il est nécessaire que cela reflète vos valeurs et soit en adéquation avec votre culture d’entreprise. Si dans votre société la convivialité et la communication ne sont pas les maîtres-mots, passez votre chemin !

“Cela aura forcément un effet déceptif pour le candidat qui remarquera ce décalage au moment de la session de recrutement.”

Le co-fondateur de Neojobs affirme également que, dans cet exercice, la place que vous accorderez, en tant que recruteur, aux résultats de l’escape game reste l’un des aspects les plus important.

“Le plus intéressant dans ces évènements de recrutement originaux et décalés est de les utiliser comme support de discussion avec le candidat”, explique Hugo Avale.

Concrètement, il est primordial qu’à l’issue de la session, vous preniez le temps de débriefer avec le candidat sur son ressenti, sur ce qu’il a réussi à faire et sur ce qu’il a, au contraire, trouvé difficile.

“Prendre les résultats juste comme ça, sans analyse, c’est inutile. Finalement, ce que vous ferez, c’est mettre les gens dans des cases, or ce n’est pas du tout ce que l’on recherche avec ce type d’initiatives.”  Vous voilà prévenu !

 

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires