Entreprise teletravail

Beaucoup de salariés “souffrent socialement” du travail à domicile

, par Fabien Soyez

Une étude de WeWork sur l’impact du travail à domicile sur la collaboration révèle que certains employés ont des difficultés à supporter le télétravail. La culture d’entreprise et l’innovation seraient également menacés par la distance.

“La pandémie de COVID-19 a obligé de nombreux salariés dans le monde à travailler à domicile. De nombreuses études ont conclu qu’ils traversent cette période sans perdre leur productivité ni cesser de collaborer. Mais elles n’évaluent pas la collaboration en détail. Un examen approfondi des nuances de la collaboration, des discussions informelles autour des distributeurs de boissons aux réunions structurées du conseil d’administration, montrent qu’ils rencontrent en fait de nombreuses difficultés quand ils travaillent à domicile”, observe WeWork.

Dans une enquête portant sur l’impact du travail à domicile sur la collaboration (1), l’entreprise de mise à disposition de services de coworking constate qu’avec le télétravail, généralisé depuis la crise du Covid-19, la possibilité de “se rencontrer et de réfléchir ensemble” a chuté de 11 %. Pour les employés “dont le rôle repose sur la collaboration”, la baisse est encore plus importante, allant de 13 à 15 %.

 

90 % des salariés veulent retourner au bureau

La possibilité “d’entretenir des relations sociales” a diminué de 17 %. “Pour les employés qui ont des liens étroits avec leurs collègues, ainsi que pour ceux qui ont du mal à socialiser au bureau, la baisse est encore plus importante, allant de 20 à 26 %”, selon l’étude. La possibilité d’avoir des interactions non planifiées est “celle qui a le plus diminué, jusqu’à 25 %”. Pour ceux qui “collaborent dans des environnements d’équipes soudées”, la baisse frôle les 40 %.

Selon l’enquête, les membres de “tribus”, c’est-à-dire des “personnes qui socialisent avec leur équipe mais qui sont moins susceptibles de privilégier l’élargissement de ces liens dans une organisation”, souffrent “socialement” du travail à domicile.

“Ils ont constaté des baisses importantes dans de nombreux facteurs sociaux depuis qu’ils travaillent de chez eux, leur capacité à faciliter les interactions (planifiées ou non) ayant diminué de 34 %. Dans les interactions qu’ils ont, ils ont du mal à maintenir des relations et à établir un climat de confiance (en baisse de 23 à 26 %) avec les autres”, observe WeWork.

L’étude note en outre que “la grande majorité” (90 %) des salariés “veulent retourner au bureau au moins un jour par semaine”.

 

LIRE AUSSI : Covid-19 et télétravail : comment préserver l’esprit d’équipe ?

 

Innovation et culture d’entreprise menacées ?

Selon WeWork, “l’étude des nouveaux employés” semble indiquer que le travail à distance entrave également la culture d’organisation à long terme.

Ainsi, “les outils à distance peuvent faciliter les séances d’information à l’arrivée, mais ne permettent pas de mettre en place des engagements nuancés dans lesquels les nouveaux employés peuvent appliquer leurs points forts ou exprimer leur véritable personnalité”.

Les nouvelles recrues “peuvent également se sentir isolées socialement. Sans la possibilité de créer ou d’entretenir des relations sociales, la culture d’entreprise et la solidité organisationnelle à long terme souffrent”, peut-on encore lire dans l’étude.

“Dans le milieu du travail, l’innovation, la créativité et la solidité de l’organisation dépendent d’une collaboration performante. Une perte de ces résultats entravera à long terme la performance durable des entreprises, l’engagement des employés et la solidité organisationnelle. Le mouvement global du travail à domicile pourrait en fait générer un effondrement de la productivité mondiale et menacer la croissance économique pendant de nombreuses années”, estime Nicholas Bloom, économiste à Stanford, cité par l’étude de WeWork.

Le chercheur souligne la “corrélation entre la collaboration en personne et l’innovation”, et s’inquiète finalement du fait que “les nouvelles idées que nous perdons aujourd’hui pourraient se traduire par une diminution du nombre de nouveaux produits en 2021 et au-delà, ce qui réduirait la croissance à long terme.”

 

LIRE AUSSI : Coronavirus : “ce que nous vivons n’est pas représentatif du télétravail”

 

(1) L’enquête de Wework a été réalisée “à l’aveugle”, en partenariat avec Brightspot Strategy, une société de recherche et d’engagement, auprès d’employés de bureaux professionnels situés aux USA, au Canada, au Mexique et en Angleterre. L’étude a défini 10 éstyles de travail” différents pour les salariés, puis a évalué l’impact du travail à domicile sur chaque type. “Les styles de travail varient en fonction du degré de collaboration, des personnes avec lesquelles on collabore, et de la manière dont on socialise au travail”, indique Wework.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires