Entreprise tgv-demenager-emploi1

Organisation hybride : la SNCF proposera un abonnement télétravail en septembre

, par Fabien Soyez

La SNCF proposera à partir de septembre 2021 un abonnement adapté aux télétravailleurs qui se rendent au bureau en TGV. Explications.

Le retour au bureau signe, pour une partie de ceux qui étaient jusqu’ici en télétravail, le retour dans les transports en commun. Dans ce contexte, la SNCF a adapté une partie de son offre au “travail hybride” post-crise : les salariés qui se déplacent en TGV bénéficieront en septembre 2021 d’un abonnement moins cher s’ils télétravaillent en partie.

 

Quelles conditions pour en bénéficier ?

Les usagers concernés par cette offre, baptisée “Mon Forfait Annuel Télétravail”, sont les professionnels qui prennent le train quotidiennement, et qui utilisent des forfaits annuels. À noter toutefois que l’abonnement télétravail sera commercialisé à partir de cet été, en gare ou sur internet, mais qu’il ne sera effectif qu’en septembre. Et qu’il ne sera utilisable que du lundi au jeudi.

Pour motiver cette décision, la SNCF se base sur “des études qui montrent que le vendredi est un jour plébiscité par les salariés pour travailler de chez eux”. L’entreprise cible notamment les usagers urbains ayant pour projet de déménager vers de plus petites villes, tout en continuant de travailler à Paris.

 

Combien coûtera cet abonnement télétravail ?

Le prix de ce forfait annuel télétravail dépendra du trajet en TGV choisi, mais selon la SCNF, il sera vendu “environ 40 % moins cher” que l’abonnement de travail classique sur la même destination.

Pour un trajet en seconde classe entre Paris et Marseille le forfait mensuel devrait coûter 367 euros au lieu de 612 euros. Pour un trajet Bordeaux-Paris, il passerait de 580 à 348 euros mensuels, soit 232 euros d’économie. Pour un aller-retour quotidien Lille-Paris, il devrait passer de 586 euros à 351 euros en mode “hybride”. Et pour un trajet Paris-Le Mans en première classe, l’abonnement passerait de 798 à 478 euros.

En revanche, le nombre de trajets proposé sera réduit : ainsi, l’abonnement n’inclura que 250 trajets par an, contre 450 pour un abonnement de travail classique. “Cela représente 2 à 3 allers-retours par semaine, ce qui correspond à la majorité des accords de télétravail qui sont actuellement négociés dans les entreprises”, indique Jérôme Laffon, le directeur marketing de SNCF Voyages, dans Le Parisien.

 

Et les voyages en région ?

Les voyages en région ne sont pas concernés par cet abonnement. Mais 4 régions ont déjà lancé des offres spécifiques, qui permettent de bénéficier de réductions sur des trajets pour se rendre au travail. Il s’agit de la Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la Normandie, des Hauts-de-France et de la Nouvelle-Aquitaine.

En Nouvelle-Aquitaine, les usagers peuvent bénéficier de 20 % de réduction par rapport à un abonnement mensuel classique. En Paca, l’offre “Zou!”, proposée depuis déjà septembre 2020, se décline entre 20 et 30 trajets par mois, et offre entre 60 et 70 % de réduction par rapport à un billet plein tarif. En Normandie, le Flexi’pass, lancé en février 2021, permet de son côté d’acheter 20 trajets, avec 20 % d’économies par rapport à un forfait normal. Enfin, la région Hauts-de-France propose depuis mai dernier une offre avec 10 voyages, avec 67 % de réduction par rapport à un billet plein tarif.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Vos réactions (1)

  1. Xavier, le

    Le compte n’est pas bon ! la SNCF se trompe de cible.
    Seuls 17% des abonnés actuels télétravaillent le vendredi et un autre jour, 54% n’ont pas de jour fixé pour le télétravail.
    Avec 2 jours de TT par semaine, il vous faut plus que 250 trajets, à moins de ne travailler à la SNCF et d’avoir 24 JRTT (mais ça tombe bien parce que lorsque l’on travaille à la SNCF on ne paie pas le train).

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires