Management diversité-entreprise

43 % des salariés français ont été victimes ou témoins de discrimination au travail

, par Fabien Soyez

Plus d’un employé français sur quatre a été témoin ou victime de sexisme (30 %) et de racisme (28 %) au travail, selon une étude Glassdoor sur la diversité et l’inclusion.

 

Plus des deux tiers (43 %) des salariés français ont été témoins ou victimes de racisme, d’âgisme, de sexisme ou de discriminations liées à l’orientation sexuelle au travail, selon l’étude “Diversité et Inclusion 2019″ de Glassdoor, menée en France, au Royaume-Uni, en Allemagne et aux États-Unis.

“L’âgisme”, principale source de discrimination

Dans le détail, 30 % des travailleurs français ont été victimes ou témoins de sexisme, 28 % de racisme, 22 % de discrimination “fondée sur l’orientation/identité sexuelle” et 39 % “d’âgisme”.

L’âge constitue ainsi la discrimination principale. Toutefois, selon l’enquête, ce ne sont pas les seniors qui sont le plus concernés. Les 18-34 ans sont ainsi davantage susceptibles d’être victimes ou témoins de discrimination au travail (41 %) que leur pairs âgés de 55 ans et plus (19 %).

“Près de la moitié (48 %) des adultes employés âgés de 18 à 34 ans disent avoir été victimes ou témoins de sexisme, contre seulement 13 % de ceux âgés de 55 ans et plus. Il en va de même pour le racisme. Quand 40 % des 18-34 ans ont été témoins ou victimes de racisme au travail, c’est le cas de seulement 11 %  des personnes âgées de 55 ans et plus”, indique Glassdoor.

Les employés touchant les salaires les plus bas sont également les plus concernés par les discriminations au travail. “Les employés français dont le revenu annuel du ménage est inférieur à 20 000 euros par an sont plus susceptibles d’avoir été victimes ou témoins de discrimination liées au genre ou à l’orientation sexuelle, que ceux dont le revenu annuel du ménage est de 50 000 euros ou plus”, note l’étude. Ainsi, 42 % des personnes aux plus bas revenus ont été confronté au sexisme, et 30 % à la discrimination sur l’orientation sexuelle, contre 26 % et 17 % de ceux touchant les plus hauts revenus.

48 % des salariés français souhaitent que leur entreprise fasse “davantage d’efforts”

Selon l’enquête, 48 % des travailleurs français, dont 57 % chez les “Millenials” et 41 % chez les seniors, souhaitent que leurs entreprises “fassent davantage” pour accroître la diversité et l’inclusion sur le lieu de travail. “Ces chiffres peuvent indiquer que les jeunes employés sont les moteurs du changement en ce qui concerne la diversité”, note Glassdoor.

“La bonne nouvelle, c’est que plus des deux tiers des employés français (71 %) affirment que leur entreprise emploie une main-d’œuvre diversifiée, tandis que plus de la moitié (53 %) affirment que leur entreprise investit davantage dans la diversité et l’inclusion maintenant qu’au cours des années passées. Parallèlement, les offres d’emploi liées à la diversité et à l’inclusion ont augmenté de 53 % en France au cours de la dernière année”, indique encore l’étude.

“Cette enquête soulève d’inquiétantes questions en ce qui concerne l’expérience des employés français en matière de discrimination au travail. Il est donc extrêmement positif de voir l’investissement des entreprises dans la diversité et l’inclusion augmenter grâce à l’embauche plus intensive de spécialistes qui se concentreront uniquement sur cette problématique”, conclut John Lamphiere, vice-président Europe chez Glassdoor.

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Vos réactions (5)

  1. Charte de la diversité | Revue de presse n°8 – Diversité, le

    […] 43 % des salariés français ont été victimes ou témoins de discrimination au travail, Courrier Cadres, le 23 octobre 2019 « L’âge constitue ainsi la discrimination principale. Toutefois, selon l’enquête, ce ne sont pas les seniors qui sont le plus concernés. Les 18-34 ans sont ainsi davantage susceptibles d’être victimes ou témoins de discrimination au travail (41 %) que leurs pairs âgés de 55 ans et plus (19 %). » […]

  2. Fautre, le

    Contrairement aux USA ou il est illegal et risqué sous peine de fortes amendes , la discrimination sur: La race, la nationalité, la religion, l’age, le sexe sont interdites . Souvent en France, on m’a demandé mon age. Je ne réponds pas en leur demandant quel est le point avec le job? Plutôt demander si la personne a peur de l’avion. ou s’il est legal sur le territoire. Le reste n’est pas professionnel. Mais la France s’en moque et sa legislation aussi.

  3. 43 % des salariés français ont été victimes ou témoins de discrimination au travail – nouvellesdefrance, le

    […] Source link […]

    1. jouffroy, le

      J’ai été victime au travail de discrimination et harcelement moral au sein de l’Education nationale , dans un lycée ou je travaillais comme CES dans un centre de documentation ; Etant reconnu handicapé à 80% pour pathologie médicale (SEP) il aurait été possible de m’embaucher à temps partiel.
      A la place ,mon contrat s’est arreté en novembre 2003.

      1. Stefie, le

        Cela est inadmissible. Les discriminations liées à l’handicap ne sont pas assez mises en lumière. Je vous invite, si vous avez instagram, à suivre la page « Bossthx » où les travailleurs partagent leur expérience sur les discriminations au travail en tout genre, cela permet de se sentir moins seul parfois

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires