Économie startup

Les PME sortent de la crise, mais craignent des difficultés de recrutement

, par Fabien Soyez

La situation de trésorerie actuelle des PME / TPE s’est améliorée, mais les difficultés de recrutement redeviennent la première préoccupation des dirigeants, selon une étude BPI France Le Lab / Rexecode.

Rassurées sur leur trésorerie, les TPE-PME prévoient d’investir, mais redoutent les difficultés de recrutement.

“La situation de trésorerie actuelle des PME / TPE s’est sensiblement améliorée depuis le trimestre dernier, mais les difficultés de recrutement redeviennent de loin la première préoccupation des dirigeants. Elles sont vues comme un frein à l’activité par 56 % des dirigeants de PME / TPE, une proportion en hausse de 12 points sur le trimestre et de 21 points sur un an”, indique ainsi le dernier Baromètre « Trésorerie, Investissement et Croissance des PME », publié le 21 septembre 2021 par BPI France et le centre de Recherche pour l’Expansion de l’Economie et le Développement des Entreprises (Rexecode).
pme

 

Le recrutement, un “frein” à la croissance des PME

Plus globalement, seules 20 % des PME / TPE jugent leur trésorerie “difficile”. Malgré la perspective d’arrêt des aides d’urgence aux entreprises, “les PME / TPE ne semblent globalement pas inquiètes quant à l’évolution à venir de leur trésorerie, l’indicateur relatif à la trésorerie future s’améliorant nettement”, observent BPI France et Rexecode.

Mais les difficultés de recrutement font, bel et bien, leur retour en force. Car même si elles restent légèrement moins prégnantes qu’avant-crise”, puisqu’elles étaient citées par 59 % des dirigeants au troisième trimestre 2019, de nombreuses entreprises ont dû refuser des projets ou des marchés pour cette raison, dès le mois de juillet dernier. Si bien que plus d’une PME sur trois “redoute la fin de l’année” 2021, selon une autre enquête, publiée par la Confédération des PME (CPME) fin août.

Selon l’étude de BPI France et Rexecode, 75 % des chefs d’entreprise déclarent rencontrer actuellement des difficultés de recrutement, dont 35 % des difficultés sévères. “Néanmoins, à ce stade, les difficultés reportées restent nettement moindres qu’avant la crise du Covid, pour tous les secteurs, sauf celui de la construction”, conclut le baromètre.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires