L’entreprise à deux vitesses

, par La Rédaction

L’histoire pourrait commencer comme la chanson qui accompagnait Laurel et Hardy : “C’est moi Laurel, C’est toi Hardy. C’est toi le gros et moi le petit. C’est toi Laurel,  c’est moi Hardy et nous sommes de bons amis.”