Loser et fier de l’être

, par La Rédaction

“I’m a loser baby, so why don’t you kill me ?” (“Je suis un perdant bébé, pourquoi tu ne me tues pas ?”) chantait Beck dans les années 90.
Cloués au pilori, jetés au rebut, voilà le sort parfois réservé à ceux qui ont la très mauvaise idée d’échouer un jour.