RSE ete-decrocher

5 conseils pour bien déconnecter l’été

, par Camille Boulate

Les vacances riment généralement avec repos. Mais l’essor des nouvelles technologies rend très difficile l’isolement complet de son milieu professionnel lors des congés : être joignable à tout moment ou  consulter ses e-mails entre une sortie à la plage et un dîner entre amis sont devenus de mauvaises habitudes. Si la déconnexion doit être accompagnée et incitée par l’employeur, il existe quelques astuces pour bien profiter de vos congés, sans pour autant devenir un ermite.

 

Les congés d’été arrivent à grand pas et vous êtes conscients que vous ne décrocherez pas totalement de votre milieu professionnel pendant cette période. En effet, habitué à consulter vos e-mails et autres dossiers en cours depuis la plage, vous resterez joignable en toutes circonstances. Ces mauvaises habitudes, vous n’êtes pas le seul à les avoir adoptées puisqu’aujourd’hui 77 % des cadres consultent e-mails, SMS et autres appels durant leurs vacances et leurs week-ends. Et si les collaborateurs jettent souvent un oeil à leurs communications professionnelles pendant leur temps de repos c’est avant tout pour s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes en leur absence (80  %) mais aussi pour éviter d’être débordés à leur retour (63 %).

Pourtant la notion de droit à la déconnexion est de plus en plus pregnante auprès des collaborateurs et ils sont nombreux à souhaiter s’isoler de leur environnement de travail durant leurs vacances. Mais pour cela, l’entreprise a un immense rôle à jouer. “La déconnexion ne doit pas être une démarche solitaire, bien au contraire. L’employeur doit éduquer ses collaborateurs aux bonnes pratiques”, estime Jean-Claude Delgenes, directeur général de l’entreprise Technologia, cabinet spécialisé dans les risques psychosociaux en entreprise. Mais en attendant que la vôtre se saisisse de la question, voici 5 conseils pour vous aider à partir serein et vous permettre de déconnecter durant vos congés.

 

1 > Préparer son départ

La première chose à faire est de bien anticiper votre départ. N’hésitez donc pas à faire une “to do list” sur les derniers jours qui précèdent votre absence. L’objectif est simple : bien visualiser les tâches à finaliser. Pour Jean-Claude Delgenes il faut en revanche préparer son absence quelques semaines à l’avance afin d’être certain de partir serein et sans stress. “L’une des solutions est d’envoyer un mail, dans les trois semaines qui précèdent votre absence, pour signifier à vos contacts, internes comme externes, votre période de vacances. Cela vous laisse ainsi le temps de traiter les questions et problèmes éventuels qui peuvent survenir avant votre départ.”

Surtout, durant cette phase de préparation, trouvez un ou plusieurs backups est très important. “Une personne de confiance qui en votre absence pourra gérer les questions urgentes sur les dossiers en cours”, indique Bérangère Touchemann, coach de carrière. “C’est essentiel car quand vous êtes loin, ce n’est pas simple de régler un problème, notamment parce ce que vous n’avez pas tous les éléments en votre possession pour traiter l’urgence”, ajoute Jean-Claude Delgenes.

 

2 > Prévoyez un message d’absence efficace

Une fois que vous êtes sur le point de partir, mettez en place un message d’absence précisant que vous n’êtes pas du tout joignable. Bannissez donc les formulations comme ‘j’ai un accès restreint à mes e-mails’ ou ‘je lirai votre message dès que possible’. “Ce n’est pas du tout positif car cela signifie à votre interlocuteur que vous prendrez connaissance de son mail pendant vos congés et donc que vous êtes disponible”, précise Bérangère Touchemann. Au contraire, privilégiez davantage des formules signifiant que vous n’aurez aucun accès à vos e-mails et donc que vous prendrez connaissance de son message seulement à votre retour.

“N’hésitez pas à mettre en place des cheminements spécifiques selon les interlocuteurs et les dossiers que vous laissez en suspens”, souligne Jean-Claude Delgenes. Ainsi, prévoir le transfert automatique des messages vers votre backup est une solution et vous permet d’être moins submergé à votre retour.

digital-detox

 

3 > Mettez vos outils professionnels au placard

Pour les plus dépendants, des solutions assez radicales existent. Parmi elles, couper sa boîte mail professionnelle. “Si les e-mails continuent d’arriver sur votre portable, forcément que vous ne déconnecterez pas, assure Bérangère Touchemann. Mais tout le monde n’est pas capable de le faire, ça dépend beaucoup de votre capacité à décrocher.” Mais aussi de la fonction que vous occupez dans l’entreprise. “Un manager n’aura pas le même comportement qu’un top manager, c’est certain”, ajoute Jean-Claude Delgenes. Autre alternative : ne pas emporter sur votre lieu de vacances votre smartphone ou ordinateur de travail. Mais là aussi, il y a des cadres qui arriveront à le faire plus que d’autres. “Il s’agit d’une solution de force. Mais ce n’est pas en laissant vos outils professionnels chez vous que vous allez déconnecter. Au contraire, certains profils vont davantage stresser voire vont même culpabiliser. Il faut donc être au clair avant de choisir cette solution”, précise Bérangère Touchemann. Si c’est votre cas, optez pour des applications restrictives ou accordez-vous un moment limité dans la journée pour consulter vos e-mails professionnels.

“S’octroyer une ou deux heures peut être une solution. Mais faites-le davantage en fin de soirée. Personnellement, quand je pars en vacances, je m’accorde un temps vers 23 heures pour traiter l’ensemble des e-mails”, confie Jean-Claude Delgenes. En revanche, cette alternative peut conduire à certaines dérives prévient Bérangère Touchemann.“S’il y a une tuile dans vos e-mails, cela risque de vous prendre plus de temps que prévu et de vous préoccuper pour le reste de vos vacances.”

 

4 > Faites attention à la culture d’entreprise

Avant d’opter pour la déconnexion totale, il est impératif de bien prendre en compte la culture de l’entreprise dans laquelle vous exercez. Car si des employeurs sont davantage tolérants avec l’idée de la déconnexion, d’autres considèrent le fait d’être injoignable comme un manque de professionnalisme. “Vous risquez de passer pour quelqu’un qui n’est pas investi dans son travail. Malheureusement, aujourd’hui, les employeurs jugent et évaluent leurs équipes à l’aune de leur capacité sacrificielle sur leur vie personnelle”, soulève Jean-Claude Delgenes.

Donc si votre entreprise n’a pas pris à bras le corps ce sujet, ne pas hésiter à la prévenir que vous ne serez pas joignable durant vos congés. “C’est essentiel pour éviter que ce soit mal vu par votre hiérarchie. Puis c’est aussi une façon de lui demander des conseils pour organiser votre absence”, précise le directeur général de Technologia. Car l’entreprise a un vrai rôle à jouer dans le déploiement d’initiatives incitant à la déconnexion. “Que ce soit par des contraintes d’usage, comme la suspension des e-mails pendant les vacances, ou simplement en éduquant les salariés sur la thématique”, précise Jean-Claude Delgenes.

 

5 > Tentez un séjour « digital detox »

Mais s’absenter du bureau sans jeter un oeil à ses e-mails n’est pas une chose forcément facile. “Il y a des personnes pour lesquelles c’est inconcevable de ne pas prendre son portable professionnel pendant les vacances. Cela devient une source de stress supplémentaire”, confie Bérangère Touchemann. C’est pour accompagner ce type de profils que se développent les séjours “digital detox”, un concept venu d’outre-Atlantique, dont l’objectif est de prendre du recul vis-à-vis de ses outils numériques. “Les personnes optant pour ce séjour au sein de notre maison d’hôtes, sont invitées à nous confier leurs téléphones portables et autres appareils à leur arrivée”, explique Pierre Massot, coach en entreprise et gérant d’une maison d’hôtes en Gironde.

De son côté, Vincent Dupin, fondateur d’Into the tribe, agence de voyages spécialisée dans ce type de séjour, installe une application restrictive sur les smartphones des participants, bloquant toutes les fonctionnalités sauf celles permettant d’émettre un appel ou d’envoyer un sms. “Il y a un vrai phénomène d’hyperconnexion aujourd’hui. Certaines personnes peuvent passer une dizaine d’heures par jour sur un écran, précise-t-il. Ce que nous proposons, ce sont des séjours de 4 à 7 jours, durant lesquels nous prévoyons des activités manuelles et sportives (kayak, cours de cuisine, yoga…).” Une façon de couper le cordon avec votre environnement professionnel en vous consacrant à autre chose, selon Bérangère Touchemann. “Pour bien déconnecter pendant les vacances, l’idéal c’est de s’occuper à d’autres choses, de se lancer des challenges via des séjours thématiques, sportifs. Si vous arrivez à ne pas vous ennuyer, vous avez moins de risques de penser au travail”, explique-t-elle.

 
 

Camille Boulate

Camille Boulate


Sur le même thème


Vos réactions (1)

  1. 5 conseils pour bien déconnecter l’été – Fexter2, le

    […] Lire l’article […]

Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires