RSE CourrierCadresApecjeunes

Les jeunes diplômés s’insèrent plus facilement sur le marché du travail

, par Julie Falcoz

Selon les derniers résultats du baromètre de l’Apec, les jeunes diplômés accèdent plus rapidement à l’emploi et dans de meilleures conditions.

Selon les derniers résultats du baromètre* 2019 de l’Apec qui revient sur les conditions d’insertion professionnelle des diplômés de 2017, les jeunes accèdent plus rapidement à l’emploi et dans de meilleures conditions. Pour preuve, 76 % des bac +5 sont en emploi 6 mois après l’obtention de leur diplôme (+ 6 points par rapport à l’année dernière) et 85 % le sont 12 mois après (+ 2 points), quand 9 % sont à la recherche d’un nouvel emploi et 6 % sont toujours en quête de leur premier job. En outre, le taux d’insertion (part des jeunes diplômés ayant déjà occupé un emploi dans les 12 mois après l’obtention de leur diplôme) se stabilise à un très haut niveau : les jeunes en emploi 6 mois après l’obtention de leur diplôme le sont encore à 12 mois dans 94 % des cas, que ce soit au même poste ou à un autre.

De bonnes conditions d’emploi

Non seulement l’emploi des jeunes se portent bien mais leurs conditions de travail sont plutôt bonnes. Parmi ceux en emploi 12 mois après l’obtention de leur diplôme, 62 % des bac+5 et plus occupent un poste cadre. Ils sont aussi 68 % à être en CDI, avec une rémunération annuelle de 30 000 euros brut. Cette embellie bénéficie également aux bac +3/4 : 58 % d’entre eux sont embauchés en CDI et près d’un sur trois accède au statut de cadre, avec un salaire annuel brut de 22 800 euros. Par conséquent, le jeune diplômé est globalement satisfait de sa situation professionnelle : 78 % des sondés jugent leur emploi conforme à leurs aspirations personnelles. Mais, attention, tout n’est pas rose. Des disparités perdurent. D’abord, les filières scientifiques connaissent un taux d’emploi plus élevé (80 % à 10 mois et 87 % à 12 mois). Puis, les femmes (65 %), les profils universitaires (84 %) et les jeunes diplômés qui ne résident pas en Île-de-France (37 %) connaissent une insertion dite “fluctuante”, n’étant plus dans leur premier emploi, 12 mois après leur diplôme.

CourrierCadresApecFilieres

* 500 jeunes diplômés de niveau bac +3/4 et Bac +5 et 1 000 jeunes diplômés de niveau bac +5 ou plus, âgés de 20 à 30 ans au moment de l’enquête, ayant obtenu leur diplôme en 2017 et résidant en France métropolitaine, ont été interrogés.

Avatar

Julie Falcoz
Journaliste


Sur le même thème