RSE homme-femme (1)

Égalité hommes-femmes en entreprise : la note moyenne des entreprises augmente

, par Fabien Soyez

Les entreprises de plus de 50 salariés devaient publier l’Index de l’égalité professionnelle le 1er mars. Muriel Pénicaud a dévoilé ce jeudi les premiers résultats de l’édition 2020 et les notes des entreprises de plus de 1 000 salariés. La situation s’améliore globalement.

Les 40 000 organisations de plus de 50 salariés avaient jusqu’au 1er mars pour actualiser ou publier leur index de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Alors qu’en 2019, les grands entreprises (plus de 1 000 salariés) étaient 99 % à jouer le jeu, elles ne sont plus que 81 % cette année. Les ETI de 250 à 1 000 salariés sont 71 % à avoir renseigné leur note, et les TPE-PME (de 50 à 250 salariés), 49 %.

Pour rappel, le gouvernement a mis en place cette méthodologie destinée à calculer, dans chaque entreprise, les écarts de rémunérations, pour supprimer les inégalités de salaires entre femmes et hommes. Aux organisations de publier, tous les ans, cet index, et d’atteindre le score de 75 / 100 – sous peine de s’exposer à une pénalité financière. Cette obligation de transparence s’inscrit notamment dans le cadre de la loi Avenir professionnel, qui vise à éradiquer les inégalités entre les hommes et les femmes dans le monde du travail, d’ici 2022.

Au total, seuls les deux tiers des entreprises de plus de 50 salariés ont publié leur index, affichant une note moyenne de 84 / 100. Celles de plus de 1 000 salariés ont obtenu le score de 87 / 100, contre 83 / 100 en 2019, soit une amélioration de + 4 points. Celles de 250 à 1 000 salariés obtiennent une note de 85 / 100, contre 82 / 100 en 2019. La note moyenne est de 83 pour les entreprises de 50 à 250 salariés, “montrant ainsi que les petites entreprises ne sont pas moins inégalitaires”, note le ministère du Travail.

 

19 entreprises sous la note limite de 75 / 100

Selon Muriel Pénicaud, 19 entreprises étaient en 2019 en dessous de la note de 75 /100, et le restent. “Ce sont celles qui n’ont pas agi sur le sujet”, indique-t-elle dans un entretien au Parisien. Parmi les mauvais élèves, dont la liste a été publiée par le gouvernement, on retrouve notamment Derichebourg Propreté (62), Alsace Croisières CroisiEurope (51), Hager Electro SAS Obernai (64), Foncia Carrières et Compétences (66) et Securitas France (66). Leurs scores oscillent entre 51 et 69.

En revanche, trois grandes entreprises faisant partie de celles qui étaient l’année dernière en “alerte rouge”, ont réussi à rectifier le tir. Renault Retail est passé de 51 points à 81 points, Vivendi de 71 à 89 points et TF1 de 70 à 85 points.

Parmi les 9 “bons élèves” qui ont obtenu la note maximale de 100 / 100, on retrouve comme l’année dernière le laboratoire pharmaceutique Lilly France et la société de transports en commun Keolis Bordeaux Métropole, mais aussi Novasol, BHV Exploitation (+ 21), Crédit Agricole Technologies et Services, IFP Énergies nouvelles (+ 10) et la Banque populaire Méditerranée (+ 15). Viennent ensuite, parmi les 48 organisations atteignant le score de 99 / 100, La Brioche Dorée (+ 15), la CAF du Nord (+ 5), CNP Assurances et la Maif.

Si le gouvernement note une amélioration globale, le “plafond de verre”, qui écarte souvent les femmes du top management, existe toujours : “dans une entreprise sur deux, il y a au moins 9 hommes dans les 10 plus hautes rémunérations, et malgré le principe ‘à travail égal, salaire égal’ qui est inscrit dans la loi, la rémunération des femmes reste en moyenne inférieure de 9 % à celle des hommes”, indique le ministère. En revanche, la part des organisations ne respectant pas leur obligation d’augmenter toutes les femmes à leur retour de congé maternité est passé d’un tiers en 2019, à une sur dix en 2020.

Les grandes entreprises ont encore 2 ans, et les plus petites 3 ans, pour atteindre le seuil limite de 75 / 100, faute de quoi elles se verront infliger une amende s’élevant à 1 % de leur masse salariale.

 

 

Fabien Soyez

Fabien Soyez
Journaliste Web et Community Manager


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires