Management image_article_sme2019

“Tendre vers un capitalisme moins impatient” (SME Assembly 2019)

, par Nicolas Monier

Le monde des affaires deviendrait-il plus vertueux ? C’est du moins ce qui semble animer les SME Assembly qui se tiennent depuis mardi à Helsinki (Finlande). Il est désormais question de croissance plus juste. Les problématiques liées à l’environnement, aux politiques inclusives et au digital ont plus que jamais voix au chapitre.

 

La conférence d’ouverture des SME Assembly qui se tiennent depuis mardi à Helsinki (Finlande) donne en général le « la » des problématiques entrepreneuriales européennes du moment. Les intervenants ont rappelé leur souhait de tendre vers une croissance plus vertueuse. L’économiste italo-américaine Mariana Mazzucato a rappelé aux participants, “la nécessité d’aller vers un capitalisme moins impatient, ennemi de l’innovation. Un capitalisme qui serait également débarrassé du value extraction [pratique consistant à siphonner la valeur d’autres entreprises sans en créer]”.

D’autres comme Daniel Isemberg, professeur en entrepreneuriat au Babson College Executive Education (USA, Massachusetts) ont même ironisé sur l’une des déclarations d’Emmanuel Macron lorsque ce dernier souhaitait que la France devienne “un pays de licornes [start-up de la Silicon Valley]”. Il semblerait que cela soit désormais une hérésie dans certaines bouches. “Nous n’avons pas besoin d’un nombre incroyable de start-up mais d’un nombre juste de sociétés très innovantes implantées localement”, remarque Daniel Isemberg.

 

Le sisu finlandais

De son côté, Kristin Schreiber a rappelé la nécessité d’une économie plus juste articulée autour des problématiques environnementales et sociétales. Un impératif lorsque l’on sait l’état d’avancement de la Finlande dans ce domaine. Ce n’est pas un hasard si le gouvernement articule désormais son développement atour d’un programme baptisé “Inclusive and competent Finland”.

Il faut prendre exemple sur ce qui se fait de mieux en Europe. “Nous devons nous inspirer de la pratique philosophique de nos hôtes finlandais, le sisu. Ces notions de courage à long terme et de résilience devraient animer toutes nos innovations économiques”, a rappelé la directrice du programme Cosme destiné à promouvoir l’entrepreneuriat des PME européennes.

 

 

Nicolas Monier

Nicolas Monier


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires