Management metisse

Réussir : De la peur à la conscience

, par La Rédaction

Le succès, dans notre environnement de plus en plus exigeant et concurrentiel, est devenu aujourd’hui une nécessité vitale. Les stratégies de motivation en entreprise se sont donc développées, avec comme conséquence indirecte, la peur, ou plus exactement, les peurs. Différentes, bien entendu, selon les contextes et les individus, mais de plus en plus présentes, même si aucune stratégie managériale n’a pour objectif initial et déclaré de faire peur. Par Claude Lajugée et Pascal Pineau, associés-fondateurs de Métisse.

 

Les messages internes, par leur nature même, induisent le plus souvent une urgence, un risque, et reposent, in fine, sur différentes formes d’injonctions (il faut, nous devons, tu dois), qui font prendre conscience aux collaborateurs concernés de l’importance et de l’absolue nécessité du résultat, certes, mais entraînent de fait, par effets induits, des peurs sous-jacentes, qui bloquent, limitent, réduisent et entravent les potentialités individuelles et collectives.
Nous avons appelé ce mécanisme L’Echécologie.
Par peur de l’échec ou de la réussite donc, l’individu, l’équipe, l’entreprise se réfugient dans des stratégies favorisant le non échec ou la non réussite. Des organisations extrêmement précises, de nature complexes, sont alors mises en place permettant de réussir à ne pas échouer, et d’échouer à réussir. Ces mécanismes, le plus souvent inconscients, deviennent peu à peu la norme, et s’installent alors dans le temps des formes de principes établis, qui, par leurs répétitions, deviennent règles : Le processus de limitation se normalise…

La solution ? En faire moins !
La performance est là, certes, des résultats sont obtenus, bien entendu, mais restent le plus souvent bien en deçà des possibilités de l’individu ou de la structure, avec un prix à payer humain, matériel, financier le plus souvent disproportionné.
Dans ce cadre, les stratégies managériales classiques restent le plus souvent limitées, par leurs incapacités à aborder la complexité de la composante humaine, à en comprendre ses subtilités et ses ressources. Une question essentielle se pose alors : Pourquoi et comment, dans ces conditions, faire plus, et réussir vraiment ? Au risque de surprendre, nous affirmons que la solution, en l’espèce, consiste essentiellement à en faire moins ! En effet, créer les conditions de l’émergence de nouvelles ressources, de nouvelles attitudes, de nouvelles mentalités modifiant positivement nos résultats, c’est faire le choix d’ “arrêter de”.
Ne pas chercher dans cette direction, c’est se heurter encore et toujours aux mêmes problèmes, aux mêmes limites, aux mêmes conséquences financières et humaines.
C’est ici que la notion essentielle de conscience entre en jeu. Arrêter de, c’est d’abord faire prendre conscience, par une approche spécifique, de l’impact négatif de nos organisations du non échec ou de la non réussite, sans y introduire aucune notion de jugement ou de culpabilité. D’en mesurer avec objectivité les conséquences, non pas tant d’ailleurs en termes de résultats ou de nouveaux efforts à accomplir, mais plutôt en termes d’absence de réalisation et de plaisir individuel et collectif. Prendre conscience de l’impact de nos peurs d’échouer ou de réussir, et définir prioritairement ce qu’il convient “d’arrêter de” sont les conditions sine qua non aux stratégies du changement. Car comment, au fond, pouvoir changer durablement quelque chose dont on n’a pas conscience ?

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires