Management apesa-chef-dentreprise-depression

[Open Mind] Crise sanitaire : Garder le cap de la durabilité

, par La Rédaction

Le coronavirus a dominé l’actualité du monde entier ces derniers mois, laissant peu de place à d’autres problèmes. L’environnement demeure cependant une préoccupation cruciale pour 52 % des Français (selon les données Ipsos-Sopra Steria). Comme l’explique le professeur de Finance à l’EDHEC Gianfranco Gianfrate, la Covid-19 souligne plus que jamais l’importance de la durabilité des entreprises.

Dans chaque numéro du magazine print de Courrier Cadres, nous nous associons avec l’EDHEC Executive Education pour vous donner accès au savoir et aux derniers travaux des enseignants-chercheurs de l’école de management. L’occasion de prendre de la hauteur sur vos pratiques et votre carrière ; notamment en cette période où la crise du Covid-19 remet en question notre façon de travailler.

 

Gianfranco Gianfrate travaille sur le financement dans le domaine climatique depuis plus de 5 ans. Il a été frappé par la similarité de la réponse au changement climatique et celle à la pandémie du coronavirus. Il explique : « il s’agit de deux menaces mondiales graves, auxquelles nos dirigeants politiques et ceux des entreprises ont apporté une réponse trop faible et trop tardive. »

Il ajoute : « ce qui les distingue principalement, c’est que le coronavirus pourra sûrement être sous contrôle au bout d’un moment, contrairement au changement climatique qui est une menace à long-terme. »

 

Le piège du greenwashing

Pour Gianfranco, la pandémie est une autre raison d’encourager l’entreprenariat durable : « Le S dans ‘ESG investing’ se rapporte aux critères sociaux, ce qui inclut la santé et la sécurité. Les entreprises qui ont protégé rapidement leurs employés ont subi le moins de perturbations et s’en sont remis plus vite. » Il note également que les Gafam ont relativement bien tenu le coup, et s’en sortent bien au niveau de leur performance environnementale. « Le vrai défi est de mener et soutenir la transformation d’entreprises plus traditionnelles ». Il y a un intérêt et une sensibilité grandissante pour la réponse des entreprises à des problèmes tels que le réchauffement climatique et les pandémies. Gianfranco souligne : « il est important d’être prêt à affronter la réalité complexe de ces menaces mondiales. Tôt ou tard, chaque carrière sera impactée par les complications liées au changement climatique. Les investisseurs et autres parties prenantes clés attendent de voir comment les entreprises vont minimiser les risques. » Le professeur explique que « cela peut donner lieu à du ‘greenwashing’, qui n’a pas d’effets dans la durée. »

L’enseignant a rassemblé 8 conseils pour les leaders responsables souhaitant rester compétitifs tout en s’engageant dans la durabilité :

 

1. Les mesures chiffrées sont importantes

Il est crucial de passer en revue régulièrement et de mesurer risques et menaces afin de parvenir à des solutions réalisables. Les analyses et mesures sont les meilleurs atouts lorsqu’il s’agit de pandémies, du changement climatique ou autres questions de durabilité. Comme on dit, « on ne gère bien que ce que l’on mesure » : les données sont donc fondamentales.

 

2. La clé, c’est la science

On entend souvent dire de nos jours que « tout le monde est un expert ». Ce n’est certainement pas le cas ici. Obtenir des informations d’experts et des connaissances scientifiques revêt une importance cruciale. Il faut savoir reconnaître les limites de notre savoir. N’hésitez pas à consulter un spécialiste pour interpréter des résultats, surtout si vous vous penchez sur des études dont les opinions divergent.

 

3. Communiquer avec force

Pour sensibiliser les autres ou provoquer le changement, il vous faut une stratégie en communication persuasive qui parle à l’organisation ainsi qu’à ses intervenants. Des outils de communication efficaces permettent d’orienter le public vers la bonne direction. Par exemple, les photos de travailleurs clés épuisés portant des masques inconfortables démontrent parfaitement l’urgence et l’étendue de la situation.

 

4. Choisir le bon moment

Nous vivons dans un monde global hyper-connecté, qui avance à un rythme plus exponentiel que linéaire. Il est vital d’agir au bon moment afin de gérer les risques. L’inaction peut provoquer une spirale de coûts sur le long terme, augmentant de façon exponentielle. Il est absolument crucial de définir rapidement les futurs scénarios se rapportant à l’évolution des pandémies et du réchauffement climatique. Il est encore plus important de passer rapidement de l’analyse à la décision puis enfin à l’action.

 

5. Travailler en équipe

Le changement climatique ne s’arrête pas aux frontières. Il est donc essentiel de travailler main dans la main. C’est par une action coordonnée que les pays peuvent venir à bout des virus et des émissions de CO2. Les entreprises peuvent aussi mettre en place une stratégie de durabilité plus solide en créant des liens avec les différentes parties prenantes, qu’il s’agisse de compétiteurs, d’employés, de clients, d’investisseurs ou de fournisseurs.

 

6. Opérer une analyse coût-bénéfice

Les recherches et résultats obtenus doivent être traduits en chiffres pouvant être appliqués à l’entreprise. De cette façon, les entreprises peuvent réaliser une analyse coût-bénéfice s’appliquant particulièrement bien à des stratégies de long terme. Par exemple, quel est l’impact d’un prix du carbone à 100 $ sur l’Ebitda?

 

7. Saisir les opportunités

Les situations compliquées peuvent dévoiler des opportunités insoupçonnées. Identifiez et adaptez-vous à ces nouvelles possibilités. Prenez le coronavirus : certaines usines se sont reconverties dans la production de ventilateurs. Autre exemple, celui de la scolarisation à domicile et de l’éducation à distance qui se verront probablement impactés sur le long terme.

 

8. Restez transparents

Les crises actuelles l’ont montré : un manque de transparence et le greenwashing ne paient pas sur le long terme. Une sous-estimation des données de contagion ou des politiques climatiques vides apporteront des bénéfices sur le court-terme mais qui se retourneront contre vous plus tard. Dans la même veine, les entreprises et investisseurs qui négligent la durabilité aujourd’hui se confronteront à de plus gros problèmes demain.

 

 

 

Avatar

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires