Management marc-versini

Entreprise : Le parti d’en rire

, par La Rédaction

Rire en entreprise pour réduire le stress… C’est l’un des enjeux de notre société moderne sous pression et en souffrance. Un remède au “mal-être au travail”, à condition de ne pas se contenter de rire, mais aussi de permettre à son état d’esprit de s’apaiser.

Par Marc Versini, enseignant en civilisation et culture générale à l’Idrac.

Étrange destinée que celle du rire à travers l’histoire : successivement passé du divin au diabolique, il ne retrouve du sens qu’une fois que l’on replace l’Homme au centre de la réflexion… N’oublions pas que Rabelais fut l’un des premiers à soigner par le rire… Dénoncé comme “rompant le lien social” dans ce qu’il a d’agressif, de critique ou de défensif, il semblerait qu’aujourd’hui il redevienne un élément de cohésion.
En effet, comment expliquer ce “retour du rire” dans les entreprises et le management si ce n’est à la fois par un besoin de cohésion, mais également de “mise à distance”, de nécessité de recul par rapport au réel ? Baudelaire, faisant écho aux pères de l’église qui affirmaient que “Jésus ne riait pas”, nous dit que “le sage ne rit qu’en tremblant”… On aurait pu en dire autant du patron ou du manager d’entreprise chez qui le stress et l’angoisse, la pression, ont créé cette vague de souffrance allant de la dépression au suicide… Car si le ridicule ne tue pas, le fait de se prendre trop au sérieux, lui, peut tuer.

Rire : un défi au pouvoir

Qu’on repense aux jeunes loups sanguinaires des années 90, aux winners bouffis de gravité… et à l’absurdité économique qui en résulte : la loi des marchés financiers totalement abstraite et ne réagissant que par impulsions… La loi de l’objet, la “marque” qui en impose et son corollaire : la réification de l’individu… Le rire apparaît alors comme un défi au pouvoir, il fait sécession, il peut créer le désordre dans un système hiérarchisé, son pouvoir est fort et corrosif. Il n’est pas forcément le bienvenu dans les entreprises.
Aujourd’hui, il apparaît comme un des remèdes au “mal-être au travail”, les coachs en tout genre s’en sont bien sûr emparés : séminaires de “laugh management”, gestions diverses par le rire… Le management sous cette forme est une bonne chose : les exercices que proposent le yoga du rire sont d’une réelle efficacité sur le stress, mais à condition de ne pas oublier, au risque de contredire Bergson, qu’il n’est pas que “du mécanique plaqué sur du vivant”… mais aussi et avant tout un état d’esprit. Il ne s’agit pas seulement d’apprendre à encaisser le stress, mais surtout à changer sa vision des choses.

La révolution par le rire

Le rire : leçon de modestie, leçon de réalisme… est une arme contre l’absurde là où sévit la perte de sens. En se riant, l’homme se recrée et il peut sans doute en être ainsi des systèmes…
La révolution par le rire est peut être pour demain, non par celui qui écarte ou méprise, mais par un rire qui fédère les êtres humains au sein de ces systèmes qu’ils ont créés afin de pouvoir exister. Rire, qui est l’expression de leur liberté ontologique : une alarme lorsque, happés par ces systèmes, leur intégrité est en danger.
Alors oui, mieux vaut en rire… mieux vaut avoir cette distance à la fois bienveillante et créatrice car, comme le disait Montaigne : “Sur le plus haut trône du monde, on n’est jamais assis que sur son cul.”

 

La Rédaction


Sur le même thème


Réagir à cet article

Un système de modération est en place sur ce site. Votre commentaire sera en ligne après vérification.


*

* Champs obligatoires